Dans l'actualité récente

Real-Barça : Messi crucifie les Merengue au finish

Voir le site Téléfoot

2017 03 19T210741Z 1340161631 RC1AA49D9190 RTRMADP 3 SOCCER SPAIN FCB VAL
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-04-23T21:01:23.275Z, mis à jour 2017-04-23T21:12:08.189Z

Le FC Barcelone s'en est remis au génie de Lionel Messi pour aller arracher la victoire face au Real Madrid. Une victoire qui relance le suspens en tête de la Liga.

Un Lionel Messi énorme et ayant fait tourner les têtes madrilènes a surgi à la dernière minute du Clasico pour crucifier le Real Madrid et offrir au FC Barcelone un ultime espoir de conserver sa couronne. La Liga est peut-être relancée et la lutte s’annonce plus indécise que jamais.

Un match (de) fou

Gareth Bale était bel et bien aligné au coup d’envoi, la petite surprise d’un Zidane conquérant. Mais le Gallois, encore trop juste physiquement pour peser sur une rencontre de cette intensité, a dû céder sa place à Asensio durant la première mi-temps. C’était l’une des nombreuses péripéties de cette rencontre débridée dans laquelle les équipes se rendaient coup pour coup et qui a forcé les gardiens à réaliser des parades, plus Marc-Andre Ter Stegen que Keylor Navas d’ailleurs. Avant la pause, ce sont surtout les Merengue qui se sont illustrés malgré un Messi intenable que Casemiro, logiquement averti par un carton jaune très vite sorti par l’arbitre, a eu du mal à contenir. Le même Casemiro s’est néanmoins permis d’ouvrir le score, en parfait renard après une reprise de Ramos ayant échoué sur le poteau (28e). Dans la foulée, Messi lui a répondu par une accélération qui a laissé sur place tout le monde, Keylor Navas y compris (33e).

Messi au finish

Marc-Andre Ter Stegen a sans aucun doute réalisé l’un des plus matches les plus prolifiques de sa carrière, écœurant un par un les joueurs du Real Madrid. Mais c’est Lionel Messi qui a, une fois encore, enfilé son costume de sauveur. Repartie sur un rythme dingue, la deuxième mi-temps a accouché d’actions de part et d’autre, d’abord à l’avantage des Merengue, obligeant le gardien Blaugrana à multiplier les exploits (6e, 20e, 23e, 36e, 48e, 54e, 72e, 89e). Keylor Navas a dû s’employer également mais il n’a rien pu faire sur la sublime frappe de Rakitic devant un Kroos coupable (73e). Quelques minutes auparavant, Cristiano Ronaldo avait loupé la balle du 2-1 pour le Real sur un contre emmené par Asensio (67e). Quelques minutes après, les hommes de Zidane ont été réduits à dix pour un tacle aussi stupide que dangereux signé Sergio Ramos (77e). Un fait de jeu qui aura plongé les Merengue dans la tourmente jusqu’à l’égalisation de James Rodriguez via une attaque placée malgré l’infériorité numérique (85e). Le 2-2 paraissait alors juste au vu de la physionomie du match mais Messi a eu le dernier mot : au bout du bout, l’Argentin a séché Santiago Bernabeu (90e+2).

Le suspens relancé ?

À l’heure où nous écrivons ces lignes, le Real Madrid n’est plus leader du championnat d’Espagne. Les deux ogres espagnols partagent le même nombre de points - 75 - mais les Blaugrana sont devant grâce à la différence de buts particulière (ils ont gagné plus de points dans les deux confrontations directes). Mais, grâce à son match en moins (contre le Celta Vigo), l’équipe entraînée par Zidane reste maître de son destin : si les Madrilènes gagnent tout, ils seront champions. Néanmoins ce clasico perdu est synonyme de joker grillé. Et cela laissera peut-être des traces dans leur état d’esprit pour la dernière ligne droite.