Real Madrid 2016 vs Galactiques : quelle équipe est la meilleure ?

Voir le site Téléfoot

error
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2016-12-25T09:37:58.777Z, mis à jour 2016-12-25T09:38:23.300Z

Entre le Real Madrid 2016, invincible, et celui de 2003, galactique, lequel est le meilleur ?

Le Real Madrid 2016, celui de Zidane, est en train d’écraser un nombre assez hallucinant de records, à commencer par celui de l’invincibilité. Cela fait 37 matches, toutes compétitions confondues, que les Merengue n’ont plus perdu. Au point que la comparaison avec les Galactiques de 2003, plus belle équipe sur le papier, s’impose. Qui a la meilleure équipe ?

La défense, ça se discute

En 2003, un certain Iker Casillas gardait les cages du Real Madrid. L’international espagnol était déjà au meilleur de sa forme et, la suite, on l’a tous connue. Malgré de belles prestations, Keylor Navas ne peut pas vraiment soutenir la comparaison avec l’icône des Merengue. Dans le même ordre d’idée, comment Marcelo pourrait-il faire oublier l’immense Roberto Carlos ? L’arrière gauche actuel n’est pas très loin de son compatriote mais il reste derrière dans la hiérarchie. A droite, Salgado revendiquait plus d’expérience que Carvajal, mais l’Espagnol a l’avenir devant lui. En revanche, la paire, Ramos/Varane supplante celle composée de Pavon et Helguera, le gros point faible des Galactiques à l’époque.

Au milieu, il n’y a pas vraiment photo

En 2003, Carlos Queiroz évoluait en 4-4-2 avec un milieu, certes orphelin de Claude Makelele, mais tout de même composé de David Beckham, Esteban Cambiasso, Luis Figo et Zinédine Zidane, excusez du peu. Autant dire que le danger pouvait venir de partout avec des ailes occupées par la crème de la crème. Le 4-3-3 de Zidane, désormais coach, se pare du trio Casemiro-Kroos-Modric, un choix qui a apporté plus d’équilibre que sous l’ère Benitez mais ne pouvant pas vraiment rivaliser avec les immenses stars de 2003. Gros avantage pour les Galactiques dans ce secteur de jeu.

La BBC

Devant, le Real Madrid du moment s’appuie sur un trio magique composé de Cristiano Ronaldo, Karim Benzema et Gareth Bale, la fameuse BBC capable de marquer et/ou de faire marquer. En 2003, l’attaque était tenue par l’Espagnol Raul, mais moins en forme qu’à l’accoutumée (11 buts seulement en championnat en 2003/2004), et le Brésilien Ronaldo. Un duo face à un trio ? C’est bien évidemment le trio qui l’emporte.

Terminons avec le banc. Cette saison, Zidane n’a pas trop à s’en faire avec les Pepe, Isco, Lucas Vazquez, Kovacic, Morata et autre James Rodriguez. Carlos Queiroz, lui, ne pouvait pas en dire autant et devait prier pour que personne ne se blesse. C’est d’ailleurs la principale différence entre les deux effectifs : le Real coaché par Zidane offre plus de profondeur et de latitude pour répondre à l’adversaire, là où celui de Queiroz avait moins de répondant. Une vérité qui s’est matérialisée par une successions d’échecs, dont les défaites en finale de la Coupe du Roi, en demi-finale de la Ligue des Champions et lors des derniers matches de Liga. Aujourd’hui, le Real Madrid est champion d’Europe et en tête du championnat avec potentiellement six points d’avance. Peu importe les noms à l’arrivée, seuls les trophées comptent.