Real Madrid-Atlético Madrid : la Decima pour les Colchoneros

Voir le site Téléfoot

error
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2013-05-17T22:29:00.000Z, mis à jour 2013-05-17T22:54:47.000Z

L'Atlético Madrid a remporté la dixième Coupe du Roi de son histoire. Les Colchoneros ont battu le Real Madrid après prolongation et malgré l'ouverture du score de Cristiano Ronaldo. Mourinho a été expulsé pendant la rencontre.

L'Atlético Madrid a battu le Real Madrid après prolongation (2 buts à 1). Ronaldo avait ouvert le score mais les Colchoneros ont fait preuve d'efficacité et profité de la malchance des Merengues.

La malchance du Real
D'un côté, Ronaldo, 54 buts en autant de matches, de l'autre, Falcao, 34 réalisations en 39 rencontres. Le duel à distance entre les deux stars promettait énormément. Au final, un seul a marqué vendredi soir mais ce n'est pas lui qui a remporté la Coupe du Roi. En effet, c'est bel et bien le Portugais qui a ouvert la marque, en s'élevant au-dessus de tout le monde sur le deuxième corner du Real Madrid (14ème). Ce but est venu récompenser une très bonne entame des Merengue, obligeant les Colchoneros à jouer derrière et à procéder en contre. Procéder en contre, c'était d'ailleurs le plan de Simeone. Un plan qui a fonctionné à merveille, surtout au moment où Diego Costa égalisa (35ème), après un excellent travail de Falcao et une perte de balle de Ronaldo. Avant la mi-temps, Özil toucha le poteau (43ème). Le premier d'une longue série.

La hargne de l'Atlético
Au retour des vestiaires, les débats se sont quelque peu pimentés, notamment par des actions plus hachées et davantage stoppées par des fautes, souvent sanctionnées par un carton. Comme lors des 45 premières minutes, le Real Madrid a fait le jeu. Mais, vendredi soir, la malchance a frappé l'équipe de José Mourinho puisque Benzema (61ème) et Ronaldo (69ème) ont également trouvé le poteau, le deuxième sur un coup franc malicieux. Et quand ce n'était pas la cage, un joueur de l'Atlético repoussait le ballon sur sa ligne (Juanfran, 61ème ). Voyant la réussite s'éloigner, le Real Madrid a commencé à douter. Tout le contraire des Colchoneros, dont la confiance n'allait faire que grimper, surtout à la fin du temps réglementaire, avec trois corners consécutifs.

Double exclusion portugaise
Du reste, les prolongations étaient inévitables et le Real Madrid allait les disputer sans Mourinho, expulsé à la 76ème minute, alors qu'il avait été calme jusque-là. Les 30 dernières minutes furent logiquement un long calvaire pour les Merengue, malgré les entrées de Di Maria, Higuain et Arbeloa. Après une première alerte (Costa, 95ème), l'Atlético doucha Santiago Bernabeu par Miranda (98ème) sur une grosse erreur de défense. La suite, ce fut un mélange de frustration et de mauvais gestes (Ronaldo recevant un deuxième jaune pour saut d'humeur). Car le Real n'aura jamais trouvé la solution et parce que Courtois prouva une nouvelle fois pourquoi son équipe était la meilleure défense de Liga en 2012/2013 (un face-à-face gagné contre Özil).

La Decima pour l'Atlético
Plus qu'un titre pour l'Atlético Madrid, ce succès en finale met fin à une malédiction pour la maison rouge et blanche, qui n'avait plus battu le Real depuis 14 ans. En outre, les hommes de Simeone ont soulevé la dixième Coupe du Roi de leur histoire, une Decima qui a une saveur très particulière. Parce que c'était un derby et parce qu'ils sont allés la chercher en souffrant. Du côté des vaincus, la saison aura été un long chemin de croix et se termine sur un goût amer. Et si Mourinho part, il le fera sur une très, très mauvaise note.
Le bonheur des uns fait le malheur des autres.