Dans l'actualité récente

Real Madrid - Atlético : le Real arrache la Coupe

Voir le site Téléfoot

Le real Madrid renporte la Ligue des Champions
Par François Touminet|Ecrit pour TF1|2014-05-24T19:08:00.000Z, mis à jour 2014-05-25T12:54:14.000Z

Le Real Madrid est revenu du néant ce samedi à Lisbonne (4-1 a.p.) pour décrocher sa dixième C1. Pour les Colchoneros, devant au score jusqu'à la 94e minute du temps réglementaire, la déception est à la hauteur de la cruauté du scénario.

Au bord du gouffre à la fin du temps réglementaire, le Real arrache en prolongations sa dixième Ligue des Champions. L'Atlético de Simeone est passé à une minute d'un historique doublé.

Une statue pour Ramos

Et à la fin c'est l'Atlético qui gagne... Si cela n'a pas toujours été une valeur établie du football continental, cette histoire faisait un tabac cette saison. Jusqu'à la 94e minute de jeu ce samedi soir, sur la pelouse du stade de la Luz, elle était encore d'actualité. Sergio Ramos, capitaine courage du Real Madrid, a décidé d'y mettre sèchement un terme en envoyant d'une tête dont il a le secret les deux finalistes en prolongation et par là même son équipe sur la voie de la Decima. Une consécration pour le défenseur central espagnol, jamais couronné sur le continent en club, tout comme pour son compagnon de route Casillas qui court après depuis douze ans. Eux-aussi finalement gagnent souvent à la fin

Le match ( presque) parfait de l'Atlético

Si les Merengue sont ce soir tout à leur joie de leur dixième trophée européen, l'Atlético risque de se repasser longtemps le scénario d'une partie dont ils ont longtemps tiré les ficelles. Et ce malgré la sortie prématurée mais peu surprenante de Diego Costa (9e). Impeccables sur leurs bases et récitant leur football - comme ils l'auront fait tout au long des dix derniers mois de compétition - les Colchoneros effectuaient la partie rêvée par leur entraîneur Simeone. Dans ces moments à forte intensité, on s'accroche alors au moindre signe du destin. L'ouverture du score sur une tête de Diego Godin, à l'instar de ce qu'il avait réalisé la semaine passée pour décrocher la Liga sur le terrain du Barça, en était un qui sentait plutôt bon (0-1, 36e). D'autant qu'en face, la BBC était réduite au silence radio. Sans idée, ou plutôt sans solution, les joueurs du Real ne furent même pas très loin de capituler.

Bale exécute la sentence

Capituler ? Ce mot n'entre pas dans le vocabulaire de Sergio Ramos. A nouveau décisif sur corner (1-1, 94e) comme il le fut en demi-finale face au Bayern Munich, le défenseur espagnol retournait la partie et tout un stade avec. L'effet était quasiment le même dans les têtes des joueurs de l'Atlético qui ne pouvaient guère plus compter sur leurs ressources mentales que sur leurs ressources physiques. Le but de Bale à la 110e sur une action décisive de Di Maria suivit de celui de Marcelo à la 118e finiront de les achever (3-1). Le penalty de Ronaldo accordé en toute fin de match relevait alors de l'anecdotique (4-1). Ce soir, dans la capitale espagnole, il est bon ton de revêtir le maillot de la Casa Blanca.