Dans l'actualité récente

Real Madrid - Bayern Munich : les Allemands retrouvent l'Allianz Arena

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Guillaume HENAULT-MOREL|Ecrit pour TF1|2012-04-26T07:35:00.000Z, mis à jour 2012-04-26T07:39:58.000Z

Le Bayern Munich s'est imposé au bout du suspense face au Real Madrid (1-2, 3 tab 1) en demi-finale retour de la Ligue des champions. Dans un match crispé, les partenaires de Franck Ribéry ont réussi à déjouer les pronostics pour s'offrir une finale à la maison contre Chelsea.

Difficile de ne pas apprécier ce sport quand les acteurs sur le terrain mettent une telle intensité.




Les prières à genou de Mourinho sur le bord de la touche n'y changeront rien, le destin a choisi son camp et Madrid n'est pas l'heureux élu. Malgré deux premières tentatives ratées par Cristiano Ronaldo et Kaka, le Real était parvenu à rattraper une partie de son retard dans cette séance insoutenable des tirs au but grâce à deux arrêts de « San » Iker Casillas. C'était sans compter sur le tir envolé de Sergio Ramos tandis que Schweinsteiger clôturait les débats en envoyant le Bayern en finale.




On leur promettait l'enfer dans un stade Santiago Bernabeu chauffé à blanc, les joueurs de Jupp Heynckes l'ont bien vécu pendant un quart d'heure. Le temps pour Cristiano Ronaldo d'inscrire deux buts et d'envoyer le Real virtuellement en finale. Mais l'entraineur allemand avait prévenu « 90 minutes à Bernabeu c'est très long pour Madrid aussi », alors imaginez 120 minutes. Robben se chargeait rapidement sur penalty de remettre les comptes à zéro par rapport au match aller. Jusqu'à la fin des prolongations, le Bayern a ensuite prouvé qu'il n'avait rien à envier au Real.




Les statistiques du match démontrent que les Bavarois ont dominé les débats avec une meilleure possession (55%) et un plus grand nombre d'occasions (20 tirs à 15). Porté par l'idée de jouer une finale de C1 à domicile, le Bayern Munich a rempli son objectif de si belle manière que le président du conseil d'administration, Karl Hein Rummenigge, s'est exclamé « je n'ai jamais assisté à quelque chose comme ça en quarante ans de football professionnel ».


Que pourra-t-il trouver comme description en cas de victoire de son équipe le 19 mai prochain face à Chelsea ?