Real Madrid : la decima dans toutes les têtes

Voir le site Téléfoot

error
Par François Touminet|Ecrit pour TF1|2014-05-24T10:30:00.000Z, mis à jour 2014-05-24T17:28:21.000Z

Ce soir (20h45 sur TF1), le Real Madrid voudra achever la conquête de sa "Decima", cette fameuse dixième Ligue des Champions convoitée depuis douze ans. Une éternité pour les supporters de la Casa Blanca.

L'immense fierté ou une abyssale déception. Opposé à son rival de l'Atlético, le Real Madrid, aux portes de la decima, va jouer avec le palpitant de ses supporters ce samedi soir à Lisbonne.


Le Real, roi d'Europe

Le Real Madrid est le champion incontesté de la C1. Il en a été le premier vainqueur en 1956 et il détient de loin le record de titres avec ses neuf sacres (devant le Milan AC, 7 titres). Mais le dernier remonte à 2002 et à une soirée inoubliable à Glasgow, où Zidane avait transformé en or une passe en plomb de Roberto Carlos. Douze ans, depuis, se sont écoulés sans que le Real n'ait jamais atteint ne serait-ce que la finale. Dans ce laps de temps, son rival barcelonais a, lui, enquillé, trois titres. L'attente est d'autant plus cruel.


Ronaldo (Cristiano) mieux que Ronaldo ?

Après le titre en 2002, les arrivées successives des ballons d'or (Ronaldo, Beckham, Owen) n'ont jamais permis au Real de retrouver ses lettres de noblesse. A trop se starifier, le Real a accumulé les échecs (six éliminations consécutives en 8ème de finales de 2005 à 2010). Le président madrilène, Florentino Perez, et sa politique galactique s'est peu à peu essoufflé peu à peu, au point de présenter sa démission, sous la pression des socios, en 2006. Son retour aux commandes en 2009 (en signant Kaka et Cristiano Ronaldo) a lancé la période Galactiques 2.0. Si le meneur brésilien n'a pas laissé un souvenir impérissable à Bernabeu, CR7 a confirmé qu'il était la star dont le Real avait besoin pour décrocher cette decima.


Ancelotti vise son troisième trophée

Dans cette quête, Jose Mourinho se présentait comme l'autre chaînon manquant. Trois demi-finales de suite auront raison de la patience des supporters pas vraiment emballés par le style du Special One. Comme le courant ne passait plus non plus dans le vestiaire, le Special One, pas si spéciale que ça pour le coup, fut contraint de plier bagage sans décrocher le Graal. Vint donc Ancelotti. Pour sa première saison sur le banc madrilène, le technicien italien pourrait réussir là où ses prédécesseurs ont échoué. La qualification éclatante face au champion en titre, le Bayern Munich (1-0, 4-0), en demi-finale, a en tout cas fait naître un espoir immense du côte des socios. Un espoir partagé par Ancelotti : "Nous avons l'immense opportunité d'entrer dans l'histoire du club. Nous allons employer toute notre énergie pour y parvenir. La première chose à faire, c'est être serein."


Le Real Madrid, opposé à l'Atlético, a rendez-vous avec l'histoire, ce soir, à 20h45, au stade de la Luz à Lisbonne, en direct sur TF1.