Dans l'actualité récente

Le Real Madrid fête le 5e Ballon d'Or de Ronaldo avec une manita

Voir le site Téléfoot

RTX2XVAE
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-12-09T17:12:58.627Z, mis à jour 2017-12-09T17:50:21.948Z

Le Real Madrid s'est bien amusé face au FC Séville, honorant le cinquième Ballon d'Or de Ronaldo avec cinq buts inscrits. Le Portugais y est allé de son doublé.

Le Real Madrid a fait honneur à Cristiano Ronaldo, sa star, et à son rang, celui de champion en titre, pour corriger le FC Séville à Santiago Bernabeu. Avant la Coupe du monde des clubs, les Merengue ont révisé leurs gammes par une manita.

Ronaldo ovationné

Les supporters du Real Madrid commencent à y être habitués mais qu'importe : pour la quatrième fois en cinq ans, Cristiano Ronaldo a présenté son Ballon d'Or fraîchement reçu. L'occasion pour lui de recevoir une ovation de la part d'un public pas toujours très tendre avec lui. Mais, derrière, il y avait un match à disputer et pas n'importe lequel puisqu'il s'agissait d'un face-à-face avec le FC Séville, cinquième au classement et restant sur trois victoires de rang. Et les hommes de Zidane étaient bel et bien prêts pour le combat. Plus que jamais même.

La défense dépassée

Si quelqu'un vous avait dit que les Sévillans en prendraient cinq avant la pause, alors vous n'y auriez probablement pas cru. Déjà parce que le Real Madrid reste une équipe sur courant alternatif en championnat (deux victoires et autant de nuls sur ses cinq dernières sorties). Aussi parce qu'on parle ici de deux rivaux qui comptaient le même nombre de points après 14 journées (28).

Mais c'est pourtant bien ce qu'il s'est produit à Bernabeu, où la défense du FC Séville a volé en éclat, dès la 3e minute après l'ouverture du score de Nacho sur un corner. Derrière, les Madrilènes ont déroulé : un plat du pied et un penalty de Ronaldo (23e, 32e), une reprise de Kroos (39e) et une frappe du jeune Hakimi (41e) ont permis au Real de signer une manita en 45 petites minutes. En parfait patron.

L'affaire parfaite

Au retour des vestiaires, les Merengue n'avaient plus besoin de forcer leur talent et Zidane a pu gérer tranquillement ses changements en prévision de la demi-finale de la Coupe du monde des Clubs programmée mercredi prochain. Les Sévillans, eux, n'ont pas trouvé les armes pour sauver l'honneur et le tableau d'affichage n'a plus bougé après le but d'Hakimi.

Au classement, cette victoire écrasante permet au Real Madrid de repousser son adversaire du jour à trois longueurs et de revenir provisoirement à hauteur de Valence, dauphin du FC Barcelone. Elle garantit aussi un peu d'assurance à quelques jours d'échéances très importantes (la Coupe du monde des clubs mais aussi le Clasico le 23 décembre prochain).