Real Madrid : José Mourinho défié par son vestiaire

Voir le site Téléfoot

Jose Mourinho Real Madrid
Par Guillaume HENAULT-MOREL|Ecrit pour TF1|2012-01-23T21:59:00.000Z, mis à jour 2012-01-23T22:07:40.000Z

La tension est montée d'un cran à Madrid depuis la défaite lors du Clasico de mercredi dernier. La presse espagnole se fait l'écho d'une fronde entre l'entraineur portugais et les cadres de la Maison Blanche. Comment Mourinho gérera-t-il cette rébellion ?

Etre leader du championnat n'assure définitivement aucune garantie de stabilité et de calme pour les entraineurs européens.



L'ambiance n'est pas au beau fixe du côté du vestiaire madrilène. Agacé par les prestations de ses joueurs face à Barcelone, José Mourinho aurait exprimé de manière virulente son mécontentement en interpellant Sergio Ramos sur son marquage lors du premier but de Puyol. Selon le quotidien Marca, le défenseur espagnol lui aurait répondu « Mais comme vous, vous n'avez jamais été joueur, vous ne savez pas que parfois ce genre de situation peut se produire ».




Derrière la révélation de cette altercation se trouve également un conflit latent entre les joueurs portugais et espagnols du Real Madrid. Les premiers sont accusés par les seconds de bénéficier d'un traitement de faveur de la part de Mourinho. La titularisation, mercredi dernier, de quatre compatriotes de l'entraineur n'a fait que renforcer ce sentiment. Pour sa part, Mourinho accuse les cadres, Casillas et Ramos en tête, de l'avoir lâché devant la presse.




Ces tensions n'ont pas eu de répercussions en championnat où le Real a dominé l'Athletic Bilbao (4-1) à Santiago Bernabeu. Sifflé par le public madrilène, Mourinho n'a pas souhaité commenter les informations de Marca et a rappelé que « même Zidane a été sifflé à Bernabeu ». Son de cloche similaire pour Casillas qui a nié l'existence de problèmes dans le vestiaire.


Ces tentatives d'apaisement ressemblent à une volonté d'union sacrée avant de retrouver le FC Barcelone, mercredi au Nou Camp pour le match retour de Coupe du Roi.