Dans l'actualité récente

Real Madrid : Mourinho préfère attendre pour Lucas

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Guillaume HENAULT-MOREL|Ecrit pour TF1|2012-05-30T09:47:00.000Z, mis à jour 2012-05-30T09:47:00.000Z

Dans le viseur du club madrilène depuis plusieurs mois, l'espoir brésilien Lucas a été supervisé par José Mourinho lors du match amical Danemark - Brésil samedi dernier. Pas convaincu, l'entraineur portugais ne serait pas favorable à un transfert dès cet été.

Alors qu'il pourrait profiter de vacances bien méritées après son titre en Liga, José Mourinho continue d'observer les joueurs susceptibles de rejoindre la capitale espagnole.



Spectateur avisé


Présent dans les tribunes du stade de Hambourg, l'entraineur du Real Madrid a assisté à la rencontre amicale entre le Danemark et le Brésil. Si les hommes de Mano Menezes ont assuré la victoire (3-1), le jeune prodige de Sao Paulo a bien débuté la rencontre puis baissé en intensité en seconde période. Insuffisant selon le quotidien AS pour provoquer l'enthousiasme de José Mourinho en vue d'un prochain transfert alors que des contacts ont déjà été tissés entre les représentants du joueur et le président Pérez.



Au Brésil jusqu'en 2014 ?


Avec seulement deux saisons pleines à son actif sous le maillot pauliste, le milieu offensif de 19 ans n'est qu'au tout début de sa carrière. A l'instar des deux stars de Santos, Neymar et Ganso, Lucas pourrait être amené à rester au pays jusqu'à la Coupe du monde 2014 organisée au Brésil. Son agent Walter Ribeiro et José Mourinho auraient convenu qu'il était trop tôt pour lui de « faire le saut et rejoindre l'Europe » cette année selon le quotidien espagnol.



Concurrence assurée


Le seul inconvénient dans cette affaire demeure la compétition entre les grands d'Europe pour cet espoir du football international. En cas d'attente, le Real Madrid pourrait voir la liste des prétendants s'élargir fortement sachant que l'Inter Milan aurait déjà adressé une offre de 25 millions d'euros, refusée par le président de Sao Paulo.


Décidemment, la jeune génération brésilienne ne passera pas inaperçue en Europe dans les prochaines années.