Real Madrid : Odegaard sème la zizanie

Voir le site Téléfoot

error
Par François TOUMINET|Ecrit pour TF1|2015-05-14T09:24:00.000Z, mis à jour 2015-05-14T11:20:26.000Z

La réserve du Real Madrid, entraînée par Zinédine Zidane, ne s'est pas qualifiée pour les playoffs. Pour la presse espagnole, le principal coupable de cet échec est la jeune pépite norvégienne arrivée en cours de saison, Martin Ödegaard.

Nouveau pays, nouvel équipe : si Martin Odegaard possède un talent certain, ses premiers mois au sein du club madrilène ne sont pas aussi doux qu'imaginés.


Premier échec pour le Norvégien

Acheté au prix d'une star le 21 janvier dernier par le Real Madrid (4 millions d'euros), Martin Odegaard, 16 ans, subi aujourd'hui le contrecoup médiatique que son nouveau statut lui impose. Depuis quelques jours, son cas fait débat et la presse espagnole ne fait pas dans la demi-mesure. Selon elle, le jeune norvégien est le premier responsable de l'échec de la Castilla, la réserve du Real, qui a perdu toute chance d'accéder à l'échelon supérieur suite à sa non-qualification pour les playoffs. Une échéance qui tendait les bras à la formation coachée par Zinédine Zidane il y a encore quelques semaines de cela.


Odegaard arrive, la Castilla chute

Ainsi, pour le quotidien As, Martin Odegaard a tout simplement perturbé la dynamique et l'harmonie de la réserve madrilène. Il faut dire que les faits sont parlants. Leader ex-aequo au moment de la signature du prodige au moment du mercato dernier, la formation de Zidane, va finir la saison a une piteuse neuvième place. Loin de l'objectif affiché de participer aux playoffs et des espoirs placés dans la Castilla d'accéder à l'échelon supérieur. S'appuyant sur des chiffres, le quotidien sportif espagnol souligne qu'avant l'arrivée du Norvégien, la pépinière madrilène avait engrangé 58% despoints possibles. Après son arrivée, ce ratio a chuté à 37%. Et le journal de conclure : "En conservant le même pourcentage de points, la Castilla aurait aujourd'hui 65 points et serait toujours en course pour les playoffs."


Un salaire qui fait des jaloux

D'autres facteurs sont mis en avant pour expliquer l'échec de la greffe avec ses jeunes coéquipiers madrilènes. Son salaire tout d'abord (près de 45000 euros par semaine) qui serait difficilement accepté par le reste du vestiaire loin d'être traité avec les mêmes égards. Son planning d'entraînement surtout qui l'autorise à s'entraîner cinq jours par semaine avec le groupe professionnel et qui, de fait, l'a inéluctablement éloigné du quotidien des joueurs de son âge. Un programme personnalisé qui, avec le recul, ne pouvait aller qu'à l'encontre d'un projet et d'un objectif commun.


Retenu dans le groupe pro le 29 avril dernier, lors de la 34e journée face à Almeria, le talent du Norvégien n'est pas remis en cause. Selon toute vraisemblance, ces promotions à l'étage supérieur devraient se multiplier la saison prochaine.