Dans l'actualité récente

Le Real Madrid remporte sa 13e Ligue des champions !

Voir le site Téléfoot

RTX66DI8
Par Christopher LE CAËR|Ecrit pour TF1|2018-05-26T20:47:09.255Z, mis à jour 2018-05-26T23:15:35.108Z

Le Real Madrid a remporté sa 13e Ligue des champions samedi soir, en battant Liverpool (3-1) à Kiev, aidé par deux bourdes de Karius. Gareth Bale a inscrit un doublé.

Zinédine Zidane et le Real Madrid un peu plus dans la légende. Le Français est devenu le premier entraîneur à remporter trois fois de suite la C1. Un triplé historique pour le Real Madrid, qui règne sur l’Europe depuis trois ans maintenant (2016, 2017 et 2018). Et la Maison Blanche ramène pour la 13e fois la « Coupe aux grandes oreilles » dans la capitale espagnole. Samedi, l’ogre merengue a dominé Liverpool (3-1), dans une finale âpre, à multiples rebondissements.

Hécatombe sur le terrain

Du suspense, de l’émotion, un but d’anthologie, des larmes de douleur mais de joie aussi… cette 63e finale de C1 a tenu toutes ses promesses dans sa dramaturgie. On retiendra d’abord la détresse de Mohamed Salah, le meilleur joueur d’Angleterre, qui n’a pas pu peser dans cette rencontre. En pleurs, l’Egyptien a dû quitter ses partenaires suite à un duel et une clé de bras de Sergio Ramos, à montrer dans toutes les écoles de judo, mais qui n’a pas sa place sur un terrain de football (29e). Le capitaine espagnol n’aura même pas été inquiété par l’arbitre sur ce geste. Salah out, imité  par Carvajal dans la foulée côté madrilène (36e). Les deux joueurs voient leur présence au Mondial compromise.
D’entrée, les Reds ont tenté de presser haut les Madrilènes, constamment gênés dans la relance. Jusqu’à cette sortie de Salah qui a désorienté le club de la Mersey. Le moment choisi par Madrid pour mettre le pied sur le ballon et inquiéter Karius. D’abord par Nacho d’une reprise à côté (45e), puis par Benzema, là aussi hors du cadre (45e+3). Mais le portier des Reds allait passer une bien moins bonne deuxième période…

Benzema dans les pas de Boli, Desailly et Zidane

Loris Karius a certainement dû se dire que rien ne pourrait lui arriver sur la pelouse du stade Olympique de Kiev, lorsque la reprise d’Isco est venue s’écraser sur sa barre transversale (48e), lançant parfaitement le second acte. Le gardien allemand a pourtant vécu un cauchemar au retour du vestiaire. Comme sur cette relance à la main pourtant anodine qui a été contrée par le malicieux Benzema pour l’ouverture du score style « vidéo gag » et dans l’incompréhension la plus totale (1-0, 51e). Et voilà Karim Benzema aux côtés des Boli, Desailly et… Zidane au panthéon des buteurs français en finale de C1. Pas le temps de douter. La formation de Jürgen Klopp a vite réagi. Sur un corner, Lovren a repris de la tête et Mané a prolongé le cuir au fond des filets dans une ambiance surchauffée (1-1, 55e).

Le bijou de Bale

Dans cette rencontre, la défense madrilène a finalement été peu inquiétée, en partie grâce à un Raphaël Varane « taille patron » qui avait d’entrée fait preuve d’autorité sur des interventions pleines d’à-propos (1ère, 7e). Le Français a tenu la baraque derrière, tandis qu’en attaque son coéquipier Cristiano Ronaldo a semblé emprunté et a peiné à se procurer des situations chaudes (15e, 74e). Un homme a volé la vedette au Portugais : Gareth Bale. Tout juste deux minutes après son entrée en jeu, le Gallois a redonné l’avantage aux siens d’un sublime retourné à l’entrée de la surface (2-1, 64e). Un but de génie, comme CR7 en quart face à la Juventus, comme… Zinédine Zidane en finale à Glasgow en 2002. La marque de ceux qui savent se sublimer dans les grands rendez-vous.


RTX66CXF

Gareth Bale a inscrit un but d'anthologie en finale (REUTERS/Andrew Boyers)


En face, Sadio Mané a bien failli être le héros des Reds, mais sa frappe sèche s’est heurtée au poteau de Navas (70e). Non, le doublé sera finalement pour Bale, lui qui a vécu une saison difficile, parsemée de blessures. Le Gallois a décoché une frappe soudaine à 30 mètres et Karius, le pauvre Loris, s’est encore troué (3-1, 83e). A match exceptionnel, fin hors du commun, lorsque Cristiano Ronaldo, en bonne position de tir, a vu son action être stoppée par l’entrée d’un spectateur dans la surface (90e+3). Au grand dam du quintuple Ballon d’Or qui sera donc resté muet en Ukraine… Mais qu’importe, objectif atteint pour la bande à « Zizou ». Toujours plus proche des étoiles.