Dans l'actualité récente

Real Madrid : Ronaldo met le feu à la capitale

Voir le site Téléfoot

error
Par François Touminet|Ecrit pour TF1|2016-02-28T10:55:43.516Z, mis à jour 2016-02-28T15:07:24.870Z

La défaite dans le derby face à l'Altético (0-1) conjuguée aux déclarations fracassantes de Ronaldo ont mis le feu à la Maison blanche. C'est l'attaquant-star du Real Madrid qui risque de cristalliser toutes les crispations.

Cristiano Ronaldo a fait parler son égo quand on la presse l'a attaqué sur ses performances actuelles sous le maillot du Real Madrid.

"S'ils avaient tous mon niveau, nous serions premiers"

L'apparente bonhomie qui accompagnait Zinédine Zidane et ses joueurs depuis la prise de fonction du Français début janvier dernier n'était donc que de façade. Pas vraiment une surprise même s'il n'aura fallu qu'une seule défaite - la première sous l'ère Zidane - pour mettre la Casa Blanca sens dessus dessous. Interrogé sur sa médiocre performance et sa baisse de régime cette saison, Cristiano Ronaldo a pointé directement du doigt les coupables :"S'ils avaient tous mon niveau, nous serions premiers du classement. Tous les ans, selon la presse, je suis dans la merde mais les chiffres et les statistiques ne mentent pas. "CR7" enfonçait le clou dans la foulée: "Je ne veux dénigrer personne, aucun coéquipier, mais quand on n'est pas les meilleurs, c'est difficile de gagner. Moi j'aime jouer avec Pepe, Karim (Benzema), Bale, Marcelo… Je ne dis pas que Jese, Lucas, Kovacic ne sont pas bons mais... Pour gagner une compétition, il faut les meilleurs. Et nos meilleurs sont blessés. C’est un fait, c’est la réalité. Mais je ne veux pas rabaisser ceux qui sont là..." C'était pourtant chose faite et bien faite.

Ramos dédouane son coéquipier

Des déclarations qui font passer le revers face aux Colchoneros au second plan. Capitaine Ramos se devait ainsi de réagir face à la tempête force 10 qui venait de s'abattre sur le vestiaire madrilène. " Chacun est libre de penser ce qu'il veut. Moi je suis fier de tous mes coéquipiers et je crois que Cristiano pense comme moi. Dans les moments difficiles, nous devons profiter de tout le temps que nous avons pour travailler un peu plus. Je connais très bien Cristiano, peut-être ne s'est-il pas exprimé de la meilleure des manières. S'il le pensait, il l'aurait dit devant tout le monde et je n'ai jamais entendu ça de sa bouche", a expliqué en zone mixte le capitaine du Real, avant de dédouaner un peu son coéquipier. "Ces mots n'ont pas été dits tels quels. Je n'ai pas beaucoup écouté, mais selon ce que vous dîtes, Cristiano parle sur les blessures. Nous sommes fiers des jeunes qui viennent d'en bas et se tuent pour une opportunité comme Lucas Vasquez ou Jesé. Je ne sais pas si ce sera aujourd'hui ou demain, mais peut-être expliquera-t-il pour quoi il a dit ça..."

La Ligue des champions comme exutoire

Si l'on ajoute à ce ramdam une sortie de stade très chaotique pour CR7 et Karim Benzema, chahutés par leurs supporters, et les sifflets de Santiago-Bernabeu, la coupe est pleine pour Florentino Pérez, appelé à la démission par une large partie des socios présents ce samedi. Relégués à douze points du FC Barcelone si ce dernier l'emporte ce dimanche face à Séville, Ronaldo et ses coéquipiers, plombés par une saison décevante, risquent de trouver le temps d'ici la fin de la Liga. Reste la Ligue des Champions pour redonner le sourire à un vestiaire forcément déstabilisé.

Les déclarations fracassantes de CR7 :