Dans l'actualité récente

Real Madrid : sale soirée sur la pelouse de Grenade

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2013-02-02T22:56:00.000Z, mis à jour 2013-02-02T23:02:02.000Z

Le Real Madrid s'est incliné pour la cinquième fois de la saison. Leurs bourreaux du jour s'appellent Grenade et surtout Ronaldo, malheureux buteur contre son camp. Pire, l'attaque est restée complétement inoffensive.

Le Real Madrid s'est incliné sur la pelouse de Grenade, qui a joué crânement sa chance.

Stupeur...
Quelques jours après un bon match face au rival barcelonais en Coup du Roi, le Real Madrid s'est heurté à une équipe de Grenade bien en place. Avec la possession mais sans percussion, les hommes de José Mourinho se sont même fait surprendre sur corner, avec un but de Ronaldo... contre son camp (sur une déviation au premier poteau). Globalement, les Merengue ont mené la première période, face à une défense très, très regroupée. A tel point que l'actuelle troisième force de la Liga a eu du mal à trouver ses repères offensifs, notamment en termes de décalages.

La grenade a explosé...
Au retour des vestiaires, le Special One a joué le tout pour l'attaque, en sortant Higuain et Khedira, respectivement pour Benzema et Callejon. Le hic, c'est que le Real Madrid n'a pas arrêté de balbutier son football, Di Maria sur ses centres mal ajustés, Ronaldo sur ses tentatives vaines. Ainsi, dans le sillage de cette occasion en or manquée par Benzema à la 84ème, les Madrilènes ont passé une sale soirée, samedi. Et, pour couronner le tout, le piège s'est refermé et l'équipe de Mourinho n'a cessé de faire des fautes d'agacement. Si elle avait fini à dix, personne n'aurait crié au scandale...
La deuxième place s'éloigne
Pire qu'une défaite, c'est un véritable coup d'arrêt pour le Real Madrid. Après avoir trouvé neuf fois la faille lors des deux dernières journées, le club de la capitale espagnole est resté stérile face à Grenade. En cas de victoire dimanche, l'Atlético Madrid comptera sept points d'avance sur son éternel rival. Le FC Barcelone lui, dix-huit... Mais tout le monde sait que le titre est déjà perdu depuis longtemps.

Mourinho risque d'avoir beaucoup de choses à dire à ses troupes. La presse aussi.