Dans l'actualité récente

Real Madrid : Sergio Ramos néfaste pour l’équipe ?

Voir le site Téléfoot

Karim Benzema, Sergio Ramos, Marcelo - Real Madrid
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-03-05T14:16:54.072Z, mis à jour 2017-03-05T14:16:55.263Z

Cette saison, en Liga, le Real Madrid encaisse beaucoup plus de buts quand Sergio Ramos est sur le terrain.

Les statistiques de la saison 2016/2017 du Real Madrid ne parlent pas en faveur du défenseur Sergio Ramos : quand l’Espagnol joue, son club encaisse beaucoup plus de buts.

Des buts encaissés trois fois plus rapidement

Nos confrères de chez AS se sont penchés sur le cas Sergio Ramos avant le déplacement du Real Madrid sur la pelouse d’Eibar (victoire 4 à 1). Connu pour son leadership et sa hargne, il est l’âme des Merengue et son immense expérience fait de lui un titulaire indiscutable. Ceci étant, Zidane ferait bien de regarder les statistiques avec attention : quand il aligne le défenseur central espagnol, le Real Madrid encaisse des buts près de trois fois plus vite.

21 buts pris quand il est là

Avant le déplacement à Eibar, le Real Madrid a joué 2 160 minutes (soit 24 matches). Sur ce total, Sergio Ramos en revendique 1 422 durant lesquelles les Merengue ont vu leurs filets trembler à 21 reprises (un but toutes les 68 minutes). Sur les 738 minutes qu’il n’a pas disputées, son équipe n’a pris que 4 buts (un toutes les 185 minutes). Une sacrée différence qui se répercute aussi sur les clean sheets : quatre sans lui (dont le derby face à l’Atlético), trois avec.

Son état d’esprit pour compenser ?

Les chiffres ne peuvent pas se tromper : le Real Madrid est plus friable avec que sans Sergio Ramos. Mais il ne faut pas oublier qu’il est le capitaine qui donne de la voix sur le terrain et dans les vestiaires. Après la mauvaise passe traversée par son équipe (défaite contre Valence, nul contre Las Palmas), il n’a pas hésité à taper du poing sur la table, demandant à ses coéquipiers de prendre leurs responsabilités, « Ici, le seul qui est autorisé à ne pas courir et défendre, c’est Cristiano, parce qu’il marque soixante buts par saison ! ». On n’oubliera pas non plus les six buts qu’il a lui-même inscrits à des moments cruciaux car dans le money time… Sacré dilemme.