Real Madrid, Séville, PSG… Les exemples à suivre pour bien recruter au mercato hivernal

Voir le site Téléfoot

Higuain: 'Vital pour nous'
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2017-01-06T17:02:00.356Z, mis à jour 2017-01-06T17:03:40.117Z

Loin de faire l’unanimité, le mercato hivernal apporte régulièrement sa fournée de bonnes surprises. Certains clubs en sont même devenus experts. Retour sur les meilleurs coups des dernières années.

Il est loin de n’avoir que des admirateurs. Ses détracteurs souhaitent sa disparition. Ses plus fervents supporteurs se font de plus en plus rares. Lui, c’est le mercato hivernal. Souvent décrit comme un simple outil de bricolage, il demeure pourtant comme un excellent moyen de renforcer son équipe, de rectifier le tir après une session estivale en demi-teinte, d’investir et de réaliser des plus-values. Focus sur les clubs qui, au cours de ces dernières années, ont su l’utiliser à bon escient.

Joueurs d’expérience : le PSG 2012, un exemple à suivre

Pour se renforcer, beaucoup de clubs n’hésitent pas à prendre un pari risqué : relancer un joueur d’expérience mis au placard dans son équipe. Si ce petit jeu peut rapidement s’avérer dangereux, le PSG a su l’exploiter à merveille lors du mercato hivernal 2012. Sous la houlette de Carlo Ancelotti et de Leonardo, le Paris Saint-Germain y enrôle alors Maxwell, Thiago Motta et Alex. Alors qu’il n’avait plus passé la barre des 30 matches de championnat disputés depuis la saison 2007-2008, Maxwell débarque en provenance du FC Barcelone et s’installe rapidement comme le latéral gauche titulaire. Cinq ans après, il est toujours un élément clé de l’effectif parisien, même si son temps de jeu est moins conséquent.

Alex, lui, restait sur deux saisons à moins de 16 rencontres de Premier League avec Chelsea. A Paris, il est devenu titulaire indiscutable pendant deux ans et demi avant de partir à l’AC Milan. Le dernier, Thiago Motta, était un élément fondamental de l’Inter Milan au moment de son transfert au PSG. Il s’est rapidement intégré dans son nouvel environnement et y demeure comme le régulateur du jeu au milieu de terrain.


Montant des transferts :

Alex : 5M€

Thiago Motta : 11,5M€

Maxwell : 3,5M€

Jeunes pépites : la vista du Real Madrid en 2007

A la différence du Paris Saint-Germain, le Real Madrid a fait le pari de la jeunesse en 2007. Son objectif : s’assurer un futur radieux en misant sur de jeunes pépites. Gonzalo Higuain est ainsi le premier à débarquer lors du mercato hivernal 2007. Auteur de huit buts en 17 rencontres avec River Plate la saison précédente, il rejoint les Merengue contre 12 millions d’euros, à 19 ans. L’Argentin quittera le club 264 matches et 121 buts plus tard, souligne Mundo Deportivo.

Lors de la même session de mercato, le Real Madrid enrôle un jeune brésilien prometteur, Marcelo, pour sept millions d’euros, en provenance de Fluminense, âgé de 18 ans. Dix ans après, le latéral gauche est toujours là et s’est imposé comme une référence mondiale à son poste. La Maison Blanche en profite également pour recruter Fernando Gago, milieu prometteur de 20 ans de Boca Juniors, comparé à Fernando Redondo. Il quitte le Real Madrid après 121 matches et un prêt d’une saison à l’AS Roma en 2012.

Le Real Madrid continue sa politique de rajeunissement l’hiver suivant en recrutant Lassana Diarra, 24 ans, en provenance de Portsmouth, contre 20 millions d’euros. Il y devient un titulaire indiscutable, et y remporte notamment la Liga en 2012.


Montant des transferts :

Gonzalo Higuain : 12M€

Marcelo : 7M€

Gago : 20M€

Diarra : 20M€

La filière sud-américaine et l’art de la plus-value : l’expertise de Séville

A l’instar du Real Madrid, le Séville FC est passé expert en matière de signer de jeunes joueurs prometteurs lors des sessions hivernales de mercato. Lors de l’hiver 2004, Séville recrute un joueur qui allait marquer à jamais l’histoire de la Liga avec une armoire de trophées, Dani Alves. Déjà dans l’effectif du club espagnol depuis plusieurs mois grâce à un prêt de son club, l’Esporte Clube Bahia, le Brésilien devient définitivement la propriété des Sévillans en 2004, contre 500 000 euros. Il y reste cinq ans, s’impose comme l’un des tous meilleurs à son poste et y glane deux Coupes UEFA. Le latéral prend ensuite la direction du FC Barcelone pour 35 millions d’euros.

L’année suivante, Monchi est une nouvelle fois à l’origine d’un transfert somptueux. Séville enrôle alors Adriano, 20 ans, jeune espoir du Coritibia FC, pour deux millions d’euros. Le défenseur s’adapte rapidement à ses nouvelles couleurs et y devient un pion essentiel. Comme Dani Alves, il y remporte deux Coupes UEFA et y dispute plus de 200 rencontres, avant de s’envoler pour le FC Barcelone contre neuf millions d’euros.             

Après un passage à vide de quelques années sur le mercato hivernal, le Séville FC retrouve tout son flair en 2011. Talentueux joueur de Boca Juniors, Gary Medel signe en Espagne contre trois millions d’euros. Après six mois d’acclimatation, il s’impose au milieu de terrain. En 2013, il part garnir les rangs de Cardiff City contre 13 millions d’euros.

Auteur de bonnes prestations à Schalke 04 mais décrié par son entraîneur Felix Magath, Ivan Rakitic attise les convoitises de Séville qui le recrute en même temps que Gary Medel contre 2,5 millions d’euros. Le Croate monte doucement en puissance avant de s’imposer comme le meilleur élément de son équipe. Brillant face au Real Madrid et les grosses écuries, il permet aux Andalous de soulever la Ligue Europa. Elu homme du match de la finale, il devient la priorité de recrutement du FC Barcelone, qui n’hésite pas à débourser 18 millions d’euros pour l'enrôler.

Montant des transferts (plus-value) :

Dani Alves : 0,5M€ (34,5M€)

Adriano : 2M€ (7M€)

Medel : 3M€ (10M€)

Rakitic : 2,5M€ (15,5M€)

Abdennour-Berbatov : le duo gagnant de Monaco

En France, excepté le PSG, peu d’équipes parviennent à tirer leur épingle du jeu lors du mercato hivernal. Ce fut pourtant le cas de l’AS Monaco en 2014. A la recherche d’un buteur à associer à Anthony Martial, l’équipe de Leonardo Jardim jette son dévolu sur Dimitar Berbatov. En 12 matches de Ligue 1, il score six fois et délivre quatre assists. Contents de son rendement, les dirigeants du Rocher le prolongent d’une saison. Avec le Bulgare, l’ASM enrôle un autre joueur, Aymen Abdennour, de Toulouse. Si ses six premiers mois sont largement plus laborieux que ceux de Berbatov, c’est la saison suivante qu’il révèle tout son potentiel.

Montant des transferts :

Berbatov : prêt

Abdennour : 13M€