Dans l'actualité récente

Real Madrid : Zidane, l'option numéro 1

Voir le site Téléfoot

Zinédine Zidane - Real Madrid
Par François TOUMINET|Ecrit pour TF1|2015-12-15T14:43:46.728Z, mis à jour 2015-12-15T14:43:52.904Z

L’avenir de Rafael Benitez s’assombrit de jour en jour. Si son départ du Real Madrid n’est pas encore acté, Florentino Pérez y réfléchirait sérieusement et aurait déjà décidé de le remplacer par Zinédine Zidane.

D’après Marca, Florentino Perez, président du club Merengue, aurait acté la succession de Rafael Benitez par Zinedine Zidane, coach du Castilla depuis un an et demi.

Zidane le premier choix

Zidane sur le banc du Real, ça se rapproche. Selon Marca, qui ne dit pas toujours des bêtises sur le club madrilène, Florentino Perez aurait décider de lancer dans le grand bain Zinédine Zidane. Enfin pas tout de suite, mais après le licenciement de Rafael Benitez qui ne fait guère de doute si l’on en croit le quotidien pro-madrilène. Le président Florentino Perez, se serait accordé encore "une semaine de réflexion" mais il semble bien que la nomination du champion du monde 1998, à la tête de la réserve du Real depuis un an et demi, sera annoncée avant la fin de la semaine. Peu de temps après le repas de Noël du club madrilène prévu ce vendredi.

La débâcle du clasico pèse lourd

Fragilisé par la débâcle lors du clasico de novembre, Benitez, déjà discuté au moment de remplacer Carlo Ancelotti l’été dernier, n’a pas vraiment rehaussé sa cote dernièrement. L'élimination sur tapis ver face à Cadix parce qu’il a fait jouer un type suspendu (Cherysev) a fait rire tout le monde, alors que le revers en championnat à Villarreal (1-0) dimanche dernier a encore un peu plus éloigné le Real Madrid de la course au titre (à 5 points du FC Barcelone et de l'Atlético Madrid, premiers ex-aequo).

Benitez fait bien pire qu'Ancelotti

Le Real Madrid a déjà perdu quinze points en quinze journée, s'est incliné à six reprises toute compétitions confondues et surtout, détail d'importance aux yeux du président Pérez grand amoureux du jeu offensif, il a marqué 23 buts de moins que l'an passé à la même période sous l'ère Ancelotti. Depuis toujours intraitable avec ses entraîneurs, même avec ceux qui ont fait briller la "Maison blanche" sur la scène européenne, on ne voit pas ce qui empêcherait aujourd'hui Rafael Benitez de subir le même sort que nombre de ses prédécesseurs.