"Redevenus tête de série"

Voir le site Téléfoot

'Redevenus tête de série'
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2009-12-06T09:38:05.000Z, mis à jour 2009-12-06T09:38:05.000Z

Pour Christian Karembeu, la France est redevenue tête de série en tombant sur l'Afrique du Sud lors du tirage au sort. "On nous a redonné ce que l'on nous avait enlevé", estime-t-il. Déjà opposé à l'Afrique du Sud en 1998, il croit aux chances des Bleus qui ont appris durant les qualifications.

CHRISTIAN KAREMBEU, que pensez-vous du groupe de la France ?


C.K. : La France a toutes les chances de se qualifier. L'Afrique du Sud, on les a joués maintes fois. Elle sera en confiance puisqu'elle évoluera chez elle. Elle aura un public qui la portera. Lors de la dernière Coupe des Confédérations, elle a terminé à la 4e place. Elle a notamment livré un grand match face à l'Espagne (3-2). Ce sera un danger pour les grandes équipes. Qui d'autre ? Peut-être l'Uruguay qui a un passé excitant, ils ont gagné beaucoup de titres. Il y a beaucoup de joueurs de talent.


Les Bleus ont-ils les moyens de sortir de ce groupe ?


C.K. : Lorsque l'on regarde la valeur intrinsèque du groupe, oui, elle en a les moyens. La France a tout le talent et tout le potentiel pour être au-dessus de ses adversaires et sortir de ce groupe.


Donc on peut dire qu'on s'en sort bien ?


C.K. : C'est ce qu'on doit penser. Mais la vérité est toujours sur le terrain. A eux de nous le démontrer malgré tout ce qui s'est passé. Ca a été très difficile durant les qualifications. Je crois qu'ils ont appris à travers ces événements et qu'ils vont s'organiser pour nous offrir de belles performances et bien sûr se qualifier pour les 8e de finale.


Quelles équipes vouliez-vous absolument éviter ?


C.K. : Toutes les autres équipes ! (Rires) Plus sérieusement, je pense que l'on est redevenus tête de série en tombant sur le pays organisateur. On nous a redonné ce que l'on nous avait enlevé.


En 1998, vous aviez déjà affronté l'Afrique du Sud. Ce sera un match différent cette fois ?


C.K. : A l'époque, on savait qu'il fallait absolument bien démarrer notre poule pour ensuite pouvoir poursuivre notre chemin. Je pense que l'Afrique du Sud aura la même idée en tête pour sa Coupe du monde. Sachant qu'elle sera chez elle, ce sera un moteur pour tout le peuple sud-africain d'encourager cette équipe, surtout après le passé de ce pays. Cela pourra galvaniser les Bafana Bafana.


En revanche, en 2002, le match face à l'Uruguay est mauvais souvenir...


C.K. : Chaque compétition est une nouvelle page. En 2002 au Japon et en Corée, je crois que le groupe a effacé cette image. On a une mémoire sélective et on préfère retenir les victoires. Cela dit, on sent ce qu'il nous attend après la difficulté qu'ils nous ont démontré il y a sept ans. C'est clair que l'Uruguay n'est pas une équipe facile. C'est sûr qu'ils auront ce capital confiance par rapport à ce fameux match en Corée.


Quelle image avez-vous de l'Afrique du Sud ?


C.K. : Quand on regarde le ballon de la Coupe du monde, il y a beaucoup de couleurs. Et bien l'Afrique du Sud, c'est pareil. Dans ce pays, je crois qu'il y sept ou huit ethnies qui sont également impliquées dans l'organisation de cette Coupe du monde. Chaque stade en sera un reflet puisque chaque ethnie sera utilisée pour encadrer et assurer la sécurité pour les touristes et les spectateurs. Donc ce sera une Coupe du monde africaine mais avec une consonance très moderne. On pense souvent que l'Afrique est un continent arriéré mais, au contraire, on aura une belle surprise dans la mesure où l'on va voir qu'ils ont la technologie, ils ont le savoir faire et, malgré tout ce qui s'est passé, ils savent organiser une Coupe du monde.