Dans l'actualité récente

Les réponses de Diarra

Voir le site Téléfoot

Les réponses de Diarra
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2009-11-11T11:47:08.000Z, mis à jour 2009-11-11T11:47:08.000Z

Alou Diarra, le milieu de l'équipe de France et de Bordeaux, a réagi à la déclaration de Patrick Vieira. Le joueur de l'Inter avait estimé qu'il n'y avait pas meilleur que lui à son poste en Bleu. Pour le Bordelais qui revient aussi sur les sifflets et l'Irlande, tout le monde mérite sa place.

DIARRA ET VIEIRA


Il était indirectement visé par les déclarations de Patrick Vieira la semaine dernière. "Je sais qu'à mon poste, il n'y a pas meilleur que moi en France à l'heure actuelle", avait lancé dans L'Equipe le joueur de l'Inter Milan. Présent en conférence de presse mardi avec les Bleus, Alou Diarra a été invité à réagir à cette petite provocation du "Long". Et il a évidemment défendu les choix de Raymond Domenech : "Pff... A savoir s'il a vraiment dit ça", a d'abord commenté le Girondin, avant d'ajouter: "Chacun a le droit de penser ce qu'il veut. Les joueurs qui sont ici sont performants en club, sont titulaires en club, sont en forme, voila, le sélectionneur est là pour faire des choix, tous les joueurs ici méritent leur place." Sobre mais efficace.


DIARRA ET LES SIFFLETS


Habitué au regroupement de l'équipe de France depuis 2004 et sa première sélection face... à la République d'Irlande en qualifications pour le Mondial 2006 (0-0), Alou Diarra commence à connaître la maison bleue. Ses bonheurs et ses petites contrariétés. Alors évidemment, il assiste régulièrement aux sifflets qui visent Raymond Domenech comme ceux entendus lundi soir alors que les Bleus assistaient au tournoi de tennis de Paris-Bercy. Une habitude qui ne lui plait pas vraiment. "Ce n'est pas agréable d'être sifflé, il faut faire abstraction de tout ça, c'est dommage qu'il ait été sifflé hier (lundi soir à Bercy), on était parti se changer les idées, dans un cadre différent, mais tout le monde ne l'a pas sifflé", a expliqué le milieu international de Bordeaux.


DIARRA ET LES IRLANDAIS


Les Irlandais promettent "l'enfer" aux Tricolores pour cette double confrontation décisive. Un combat qui ne fait pas peur à Alou Diarra. Ce n'est même pas pour déplaire au Bordelais, habitué à jouer la sentinelle devant sa défense en club. "Les Irlandais ne lâchent rien, on l'a vu dans les éliminatoires du Mondial 2010 avec leurs résultats surprenants. Mais j'apprécie ce fighting spirit. J'aime jouer les matches engagés", explique-t-il. Si la paire des récupérateurs Lassana Diarra- Jérémy Toulalan devrait avoir les faveurs de Domenech au coup d'envoi samedi, sa taille (1m90) et son style de jeu pourraient toutefois changer la donne à un moment donné. "On a un sélectionneur qui fait des choix", s'est-il contenté d'indiquer, ajoutant que "le gabarit n'est pas le seul point à prendre en compte, même si ça peut être un avantage" face à une équipe qui mise sur ses coups de pied arrêtés. Une chose est sûre : Diarra est prêt à relever le défi...