Pour Ribéry, Griezmann n’est pas encore un joueur « de classe mondiale »

Voir le site Téléfoot

error
Par Justine SOIGNON|Ecrit pour TF1|2016-10-13T12:34:36.927Z, mis à jour 2016-10-13T12:38:20.065Z

Dans une interview parue en Allemagne ce mercredi, l’ancien international français avoue ne pas être impressionné par celui qui semble avoir pris sa suite en tant que leader technique des Bleus.

Pourtant, ça ne devrait pas être une question de jalousie. Franck Ribéry s’étant retiré de l’équipe de France, les deux joueurs ne sont pas en concurrence. Ils n’ont même joué que six petites minutes ensemble en bleu. C’était lors d’un match amical face aux Pays-Bas (2-0) en mars 2014. Mais on ne peut pas s’empêcher de sentir un poil de rivalité dans les propos tenus par l’ailier du Bayern Munich.

Pas sensible à la Griezmania

Entre la grève des joueurs à Knysna dont il était l’un des leaders et l’affaire Zahia, Franck Ribéry ne s’est pas toujours attaché le soutien du public français. Antoine Griezmann, lui, est devenu le chouchou des supporters de l’équipe de France. Mais Ribéry n’est pas victime de la Griezmania. Selon lui, le natif de Mâcon n’est pas un joueur « de classe mondiale » comme il l’a déclaré dans un entretien accordé à Sport Bild.

Etre régulier dans la durée

« Ce n’est pas encore un joueur de classe mondiale car il n’a pas réussi à maintenir son rendement au haut niveau avec régularité. Ces dix dernières années, j’ai toujours été au top mondial avant d’être longuement blessé. Il faut maintenir ce niveau de performance pendant dix, douze, quinze ans. Si Griezmann réussit à le faire, je le féliciterai. Il joue très bien à l’Atlético, ça ne fait aucun doute, mais le Bayern, c’est un autre niveau. » Être régulier dans la durée, voilà ce qu’il faut pour prétendre à la classe mondiale selon l’ancien Marseillais.

Une bonne saison tout de même

Griezmann étant l’un des prétendants au Ballon d’or, c'est quand même difficile de dire qu’il n’a pas le niveau. Ribéry reconnaît tout de même que le meilleur buteur de l’Euro « était bien la saison dernière ». Si une saison « bien », c’est une saison avec 37 buts, une finale de Ligue des champions et une finale du championnat d’Europe, on se demande ce qu’est une très bonne saison pour le Bavarois...