Dans l'actualité récente

Pour Rosell, le Barça a gagné en " revenant de la plage "

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par David CASSAN|Ecrit pour TF1|2011-08-22T17:11:00.000Z, mis à jour 2011-08-22T17:14:46.000Z

Le président du FC Barcelone, Sandro Rosell, est revenu sur la victoire en Supercoupe face au Real Madrid. Un brin chambreur, il a bien sûr longuement évoqué les polémiques autour de José Mourinho.

Vous avez déjà pu suivre, dans ses colonnes, tout le tapage médiatique qui a entouré le premier clasico de l'année, en Espagne et en Europe. Et ce n'était jamais que la Supercoupe d'Espagne...

Sandro Rosell, président du FC Barcelone (et donc de toutes ses section sportives) s'est exprimé devant le congrès mondial des Penyas (associations de supporters) du Barça. Et face à tous ces amoureux du club (auxquels il a presenté les 2 recrues, Alexis Sanchez et Cesc Fabregas), il est bien sûr revenu sur les incidents de la Supercoupe d'Espagne : « On a besoin de bon sens, il faut baisser la tension ou on finira par se tuer dans la rue ». José Mourinho, lui, a refusé de s'excuser...

Le club catalan, lui, a décidé de ne pas porter plainte contre le portugais. Rosell s'en est expliqué : « On est parvenus à un consensus avec le staff technique et Zubizarreta pour ne pas dénoncer les actes de Mourinho. On ne veut pas en faire une victime (...) Aujourd'hui nous devons nous concentrer sur Monaco (ndlr : le Barça y joue la Supercoupe d'Europe)(...) Les images disent tout et les organes compétents doivent décider si elles agissent ou pas ».

Le président du Barça n'a tout de même pas laissé passer l'occasion de s'en prendre au Real Madrid : « On venait de la plage (ndlr : le Barça aviat peu de préparation dans les jambes avant la supercoupe) et on a battu une équipe qui était bien mieux préparée ». Avant de conclure, sur la polémique crée par Mourinho : « C'est eux qui ont un problème, pas nous ». Comme un écho aux critiques visant le portugais en Espagne....

Si Sandro Rosell a raison de dire que l'ambiance pesante autour du clasico pourrait dégénérer, il ne semble pas non plus pressé de désamorcer le conflit. Les prochains affrontements s'annoncent bouillants.