Dans l'actualité récente

Sagna : "Je peux apporter plus"

Voir le site Téléfoot

Sagna : 'Je peux apporter plus'
Par Propos recueillis par Maxime DUPUIS (à Knysna)|Ecrit pour TF1|2010-06-10T08:15:00.000Z, mis à jour 2010-06-10T08:15:00.000Z

S'il se dit à l'aise dans le 4-3-3 des Bleus, Bacary Sagna est conscient que son rendement n'est pas encore celui escompté. Le latéral accepte les critiques de bon coeur. Et assure qu'il n'y a pas de débat au sujet des joueurs alignés par Raymond Domenech.

BACARY SAGNA, comment vous sentez-vous dans le 4-3-3 des Bleus ?


B.S. : Pour moi, ce n'est pas nouveau. On a le même système à Arsenal. Moi, je suis défenseur et je dois défendre avant d'attaquer. Après, si je peux apporter un plus offensif, je le ferai. Globalement, tout le monde en est content. C'est nouveau, ça nous donne encore plus envie d'en faire plus. On veut tous bien faire.


Comment jugez-vous vos performances sur ce côté droit qui souffre de la comparaison avec le gauche ?


B.S. : Je peux apporter plus. Mais j'ai eu une période de dix jours sans rien faire avant d'arriver au stage. Je devais me remettre à niveau pendant la préparation. Mais il ne fallait pas que je me crame avant le début de la Coupe du monde. Après, il est vrai que lorsque le latéral monte sur le côté gauche, je dois couvrir la défense, ne pas partir à l'abordage. Et choisir les bons moments.


Avez-vous des consignes strictes pour moins prendre votre couloir ?


B.S. : On n'a pas de consigne. On suit les règles du jeu. On est plus exposé sur les côtés, on sait qu'on devra plus défendre, simplement.


Lors des matches de préparation, vous avez encaissé un but à chaque match...


B.S. : C'est embêtant car on a toujours envie de garder nos buts inviolés. On a tous à coeur de le faire. Il faut communiquer plus. Mieux vaut trop que pas assez. Après, c'est le travail de tous. L'attaquant est le premier défenseur.


Globalement, est-ce possible d'assimiler un tel schéma en si peu de temps ?


B.S. : Oui, on l'a fait avec Arsenal en trois semaines. On évoluait en 4-4-2. Pendant le stage en Autriche, on a dû changer avec le départ de certains joueurs. On a changé de système est passé au 4-3-3. On peut très bien le faire avec l'équipe de France.


Un joueur comme Yoann Gourcuff ne semble cependant pas très à l'aise ?


B.S. : Son rôle est différent. Là, il se retrouve dans un système où il doit moins prendre le jeu à son compte. Il est moins en possession du ballon, il doit lâcher le ballon plus vite.


Pour s'améliorer, il faut communiquer, explique Jérémy Toulalan. Comment cela se traduit-il au quotidien et hors du terrain ?


B.S. : On passe du temps et on se dit les choses. Nous sommes francs. Tout le monde est à l'écoute, accepte les critiques et les changements.


Les critiques de l'extérieur, comment les acceptez-vous ?


B.S. : J'en accepte beaucoup (rires). Notamment sur mes centres. Comme je le dis, ça ne peut que me donner envie de m'appliquer et de travailler. Il ne faut pas tout voir négativement.


Y a-t-il discussion avec Raymond Domenech au sujet des joueurs alignés, notamment Abou Diaby et Thierry Henry qui seraient réclamés par les cadres ?


B.S. : Il n'y a pas de débat. Le coach fait ses choix. Dans toutes les équipes, il y a un onze de départ avec des joueurs amenés à rentrer en cours de match. On l'accepte comme en club. En tant que professionnel, on doit tout accepter. Personnellement, je suis content de jouer avec Sidney. Il a ses qualités personnelles. L'avoir à droite, c'est plus une force qu'autre chose.