Du sang "oranje" dans les veines

Voir le site Téléfoot

Du sang 'oranje' dans les veines
Par Maxime DUPUIS|Ecrit pour TF1|2010-07-10T22:30:47.000Z, mis à jour 2010-07-10T22:30:47.000Z

Cette équipe d'Espagne qui renverse tout sur passage depuis deux ans et tentera de décrocher son premier titre mondial, dimanche face aux Pays-Bas, est une inspiration assumée du football néerlandais dans ce qu'il a de plus noble. A savoir, l'école Michels et Cruyff.

Johan Cruyff sera partagé dimanche soir. La légende du football néerlandais, qui a perdu une finale de Coupe du monde en 1974 et vu quatre ans plus tard une partie de ses successeurs rester sur le carreau une nouvelle fois, aura sans doute envie de voir ses Pays-Bas décrocher la lune à leur troisième tentative, du côté de Soccer City. Pour autant, il eut été plus simple pour l'ancien joueur du FC Barcelone que cette finale mette aux prises ses compatriotes à l'Allemagne, dans un remake de la plus manichéenne des finales de l'histoire de la Coupe du monde. "Tous les Néerlandais auraient préféré l'Allemagne", assure-t-il. Pas de chance, c'est l'Espagne qui est passée et Cruyff devra choisir entre le coeur et la raison. L'Espagne, son football flamboyant, et les Pays-Bas, son pays natal. "Je suis néerlandais mais je défends le football que pratique l'Espagne", a-t-il confié dans les colonnes d'El Periodico de Catalunya.


Esthète déclaré et reconnu dans le monde entier, Johan Cruyff a toujours incarné une certaine idée du football. Celle que lui a transmise Rinus Michels lorsqu'il était sous ses ordres à l'Ajax Amsterdam, en équipe nationale, ou au FC Barcelone. Cette idée se résume en deux mots : "football total". Tout le monde attaque et défend. Le jeu est porté sur l'offensive avec des joueurs interchangeables et la circulation de balle est primordiale. Avec Michels, on ne gagne pas sans jouer. Marqué à vie par cette philosophie, Johan Cruyff en fera sienne lorsqu'il entraînera le FC Barcelone durant huit années (de 1988 à 1996)*. Et, à son tour, transmettra cette vision du jeu à celui qui était son relais sur le pré, un certain Pep Guardiola. Un éternel recommencement qui a fait du Barça l'équipe qu'elle est devenue aujourd'hui : une référence footballistique... qui a déteint sur l'équipe nationale.


"La copie du Barça"


"L'Espagne est la copie du Barça. C'est la meilleure publicité possible pour le football, se réjouit Cruyff. Et la preuve qu'en jouant bien, qu'en pariant sur un football offensif, tu as plus de chances de gagner qu'en calculant tout le temps. L'Espagne est la grande favorite." Ces connexions, évidentes lorsqu'on voit la Roja de Xavi, Iniesta, Pique et compagnie à l'œuvre, sont évidemment relevées par les Néerlandais. Bert van Marwijk ne peut dire le contraire : du sang orange coule dans les veines de la Roja. "C'est un grand compliment pour le football néerlandais. Cruyff et Rinus Michels ont beaucoup influencé le jeu en Espagne et au Barça en particulier. Nous respectons beaucoup cela aux Pays-Bas mais mon équipe possède son propre style pas forcément inspiré par Cruyff et le modèle Ajax."


Vicente Del Bosque, plutôt madrilène dans l'âme - c'est rien de le dire -, n'a pas cherché à imposer sa marque à tout prix lorsqu'il a succédé à Luis Aragones. Intelligemment, il n'a pas non plus détruit la force collective barcelonaise. Le sélectionneur s'est appuyé sur une ossature de joueurs qui se connaissent par cœur et développent ce football léché au possible, en récitant leurs gammes quand d'autres en sont à apprendre leur solfège. Le résultat est là. Cruyff ne peut que s'en féliciter. Le football aussi.


*Cruyff et Michels ne sont pas les seuls néerlandais à avoir entraîné Barcelone. Louis van Gaal et Frank Rijkaard ont également présidé aux destinées du club catalan. Les joueurs de la sélection "oranje" ont également été bien représentés au Barça (Johan Cruyff, son fils Jordi, Neeskens, R.Koeman, Ri.Witschge, van Bommel, Kluivert, Overmars, les frères De Boer...).