Dans l'actualité récente

Schumacher revient sur son agression de Battiston

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Guillaume HENAULT-MOREL|Ecrit pour TF1|2012-02-27T17:19:00.000Z, mis à jour 2012-02-27T17:28:25.000Z

A deux jours du match amical France-Allemagne, le gardien allemand de la Coupe du Monde 1982 s'est exprimé dans les colonnes du Figaro. Considéré comme " le boucher de Séville " depuis la demi-finale contre les Bleus, Harald Schumacher n'a rien oublié de ce soir de juilliet.

Sa sortie kamikaze sur Patrick Battiston reste encore aujourd'hui gravée dans la mémoire de tous les supporters français de l'époque.



Les images font encore mal, trente ans après. La vision de Battiston, inconscient sur la pelouse du stade de Séville n'effraie pourtant toujours pas le gardien allemand. Schumacher exprime cependant des regrets sur les évènements qui ont suivi le choc : « Je me suis déjà excusé de ne pas avoir pris de ses nouvelles lorsqu'il était K.-O. Mais je me disais alors que si je m'approchais les choses pouvaient dégénérer » assume l'ancien portier de la Mannschaft.




En témoignant de nouveau sur cette action, Harald Schumacher surprend les lecteurs par son assurance lorsqu'il affirme qu'il ferait « la même sortie si l'action devait se reproduire. C'était le seul moyen d'avoir la balle ». La vidéo de l'époque montre pourtant qu'à aucun moment le gardien ne touche le ballon après le contrôle du Français. *




Ennemi public numéro 1 dans l'hexagone lors de l'été 1982, Schumacher indique avoir reçu « de nombreuses lettres d'insultes de la part des Français. On m'a traité de nazi, j'ai reçu des menaces de mort. » Le successeur de Sepp Maier dans les cages allemandes déclare pourtant avoir été proche de signer dans un club français. Un retard des dirigeants de cette équipe lors d'un rendez-vous a fait capoter le transfert.


Trois décennies plus tard, le souvenir est toujours présent mais les relations entre la France et l'Allemagne se sont fortement apaisées et éviteront de revivre un évènement similaire.