Serge Aurier encore dans la tourmente

Voir le site Téléfoot

PSG : pourquoi Serge Aurier a été privé de son visa par les Anglais et donc du match contre Arsenal
Par Louis-Marie VALIN|Ecrit pour TF1|2017-03-13T11:13:13.394Z, mis à jour 2017-03-13T11:15:26.855Z

Le latéral droit du Paris Saint-Germain n'a pas brillé par son professionnalisme contre Lorient, peut-être le dérapage de trop.

Serge Aurier semble décidément un cas à part au Paris Saint-Germain. Alors que le club traverse une violente zone de turbulences, l’ivoirien a refait parler de lui durant le match et, comme souvent,  ce n’est pas vraiment à son avantage…


Huit minutes pour entrer sur le terrain !

La scène a fait le tour du web, on joue le 71ème minute de la rencontre comptant pour la 29ème journée de Ligue 1 lorsque Thomas Meunier, le latéral droit du quadruple champion de France en titre, demande à sortir, visiblement touché. Sur le banc, Serge Aurier, son remplaçant n’est visiblement pas prêt et va mettre prêt de huit minutes à rentrer !


Pas vraiment pressé, l’ivoirien va en effet prendre tout son temps pour enfiler chaussettes, short et maillot avant de mettre ses chaussures sur le bord de la pelouse sous le regard perplexe de ses partenaires et l’œil visiblement agacé de son entraîneur, Unai Emery.


Un nouveau débordement qui fait tâche

Si cette attitude surprenante, et bien peu professionnelle, a beaucoup fait réagir, c’est principalement du au pedigree de son auteur. En effet, le natif de Sevran est loin d’en être à son coup d’essai ! Entre ses insultes envers l’arbitre de Chelsea-PSG, sa fameuse session vidéo sur Periscope et sa garde à vue suite à des violences contre des policiers de la BAC, l’ancien toulousain est un multi récidiviste dont le casier commence à agacer singulièrement du côté des dirigeants du club, adeptes de l’exemplarité.

Alors que l’on annonce une lessive en fin de saison au Camps des Loges, on peut penser que le président Al Khelaifi, qui se serait certainement passé d’une polémique cette semaine, devrait sérieusement songer à se séparer de son mouton noir.