Stade Rennais : Wilson Isidor, portrait du buteur en devenir de l’Académie des Rouge et Noir

Voir le site Téléfoot

Wilson isidor
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2016-12-08T15:02:10.688Z, mis à jour 2016-12-14T11:32:01.036Z

Vainqueur de Tournoi de Montaigu avec le Stade Rennais, Wilson Isidor, pur produit de la formation bretonne, rêve d’une carrière ponctuée de succès et compte se donner tous les moyens pour atteindre ses objectifs. A 16 ans, l’attaquant revient sur son parcours, dévoile ses ambitions et se confie sur Pierre-Emerick Aubameyang, son modèle. Portrait d’un buteur qui n’a pas fini de faire trembler les filets.

A 16 ans, beaucoup d’adolescents ne savent pas encore le métier qu’ils veulent exercer plus tard. Certains hésitent, d’autres cherchent une voix, multiplient les essais. Au même âge, Wilson Isidor est sûr de lui. L’attaquant, qui peaufine sa formation au Stade Rennais, veut signer son premier contrat professionnel et ainsi devenir footballeur. Va-t-il marcher sur les traces de Sylvain Wiltord, Yacine Brahimi et Ousmane Dembélé ? Retour sur un début de carrière prometteur. Le jeune attaquant s’est confié en exclusivité à Telefoot.fr.

Un début de carrière prometteur

Né dans la foulée de la victoire de l’Equipe de France à l’Euro 2000, Wilson Isidor développe très vite une appétence pour le football. Après un premier contact avec le ballon au sein du cocon familial, l’enfant caresse le rêve de devenir footballeur professionnel. A sept ans, il s’inscrit alors au SC Le Rheu, un club modeste d’Ile-et-Vilaine. La première étape vers son dessein. Très vite, ses entraîneurs décèlent son talent et le surclassent durant les deux ans qu’il passe au club. La carrière de Wilson Isidor prend un autre tournant en 2009, quand le Stade Rennais vient frapper à sa porte : « Le Stade Rennais est le plus grand club de la région. Ils ont rencontré mes parents pour leur expliquer qu’ils voulaient me recruter. Ma mère a poussé pour que j’y aille. Depuis, je n’y suis jamais parti. »

Meilleur buteur d’un prestigieux tournoi

A 16 ans, Wilson Isidor brille avec les équipes de jeunes du Stade Rennais. Il a déjà inscrit six buts en neuf rencontres avec les U17 Nationaux. Mais le plus grand fait d’arme de sa jeune carrière demeure sa victoire au Tournoi de Montaigu, l'équivalent de la Coupe Gambardella pour les U16. Fin mars 2016, Wilson Isidor, meilleur buteur de la compétition avec cinq buts, soulevait le trophée avec le Stade Rennais. Une grande satisfaction pour lui : « Terminer meilleur buteur du tournoi de Montaigu était surtout un objectif pour moi car c’est le plus grand tournoi de ma catégorie et le plus grand tournoi national. Il fallait absolument que je réussisse, que je fasse tout bien. Je me suis beaucoup appliqué et j’ai fini meilleur buteur. » Marchera-t-il dans les pas de Cristiano Ronaldo, Andrea Pirlo, Pavel Nedved, Karim Benzema, Didier Deschamps ou Thierry Henry, qui s’étaient tous fait remarquer au Tournoi de Montaigu en leur temps ?



Un buteur létal et rapide

Pour espérer un jour arriver au niveau de ces grands joueurs, Wilson Isidor multiplie les entraînements. Il s’identifie à ses idoles pour s’améliorer : « Je m’identifie à Pierre-Emerick Aubameyang. J’aime beaucoup Samuel Eto’o et Thierry Henry également. Sur le terrain, je suis rapide et précis devant le but. J"aime beaucoup me retrouver en face à face avec le gardien. » Devenir attaquant était donc naturel pour cet espoir du football français : « J’ai choisi le poste d’attaquant car c’est le meilleur poste à mes yeux. Beaucoup de vedettes sont des attaquants. J’ai toujours aimé le but, j’ai une grosse frappe, j’aime cet exercice. »

Une fin de saison en apothéose ?

Wilson Isidor le sait, beaucoup de jeunes joueurs talentueux n’ont pas la chance de signer professionnels. Pour atteindre son rêve, l’attaquant ne compte rien lâcher : « Je n’ai vraiment pas pensé à ce que je ferais si je ne perce pas dans le football. Et pour cause, j’ai placé tous mes espoirs dans le football. Dans ma tête, l’échec est impossible. »  Pour progresser, Wilson n’hésite d’ailleurs pas à se donner des objectifs : « Pour la deuxième partie de la saison, je veux surtout jouer en U19 nationaux. Je m’entraîne quelques fois avec eux et j’ai disputé quelques matches avec les U19 DH mais je ne fais pas clairement partie de ce groupe. Je veux vraiment l’intégrer pour de bon. »

Le joueur entretient également plusieurs rêves qu’il souhaite accomplir. Le premier est de « signer professionnel » puis « d’avoir une grande carrière. » En attendant, Wilson Isidor pourrait prochainement débuter dans les équipes de jeunes de l’Equipe de France : « J’ai été présélectionné pour l’Euro avec les moins de 17 ans mais je n’y suis malheureusement pas allé. L’Equipe de France reste bien sûr dans un coin de ma tête et je m’en donne les moyens pour arriver. Cela viendra avec le temps. Si je n’y suis pas encore, c’est que je ne suis pas prêt pour l’instant. »


Ousmane Dembélé, l’exemple à suivre

Pour espérer réaliser tous ses rêves, Wilson Isidor peut compter sur les infrastructures du Stade Rennais, regroupées au sein de l’Académie des Rouge et Noir. Celle-ci comprend l’Ecole de foot (ETP Odorico et le centre d’entraînement Henri-Guérin compris), le Centre de Formation et la Section amateurs, chapeautés par Landry Chauvin. Meilleur centre de formation de 2006 à 2011, le Stade Rennais semblait perdre un peu de sa superbe ces dernières années. Mais avec l’éclosion et le transfert d’Ousmane Dembélé au Borussia Dortmund, la structure a retrouvé ses lettres de noblesse. Wilson Isidor a d’ailleurs particulièrement suivi le parcours d’Ousmane Dembélé : « C’est un grand exemple à suivre pour moi. Il n’a pas eu que des moments faciles à Rennes. Son histoire me rappelle la mienne. »

Vincent Thill et Moise Kean, également nés dans les années 2000, ont déjà joué respectivement à Metz en Ligue 1 et à la Juventus Turin en Serie A. Wilson Isidor suit leurs prestations avec intérêt : « Les parcours de Vincent Thill et de Moise Kean sont des exemples à suivre pour moi. Ils ont réussi à mon âge, 16 ans, et sont déjà intégrés au monde professionnel dans un des cinq grands championnats. Je m’inspire d’eux mais il ne faut pas oublier qu’ils n’ont pas encore accompli grand-chose. Je serais tout de même très content de faire comme eux. »

A 16 ans, Wilson Isidor semble donc à l’aube d’une grande carrière. Pour la réussir, il devra garder la tête froide et continuer à travailler. Et pourquoi pas, un jour, espérer rejoindre son club favori : « J’aime tout particulièrement le FC Barcelone. Le Barça a toujours été mon club de cœur, notamment par rapport à son style de jeu. Deux de mes joueurs préférés, Eto’o et Henry y ont aussi joué. »