Les stars sont sur le banc

Voir le site Téléfoot

Les stars sont sur le banc
Par Eurosport|Ecrit pour TF1|2010-04-20T21:04:05.000Z, mis à jour 2010-04-20T21:04:05.000Z

Inter-Barcelone, en demi-finale aller de la Ligue des Champions mardi (20h45), c'est aussi le duel entre deux des meilleurs entraîneurs de la planète, Jose Mourinho et Josep Guardiola. Dans un style bien différent, les deux techniciens ont su se forger un palmarès. Portrait croisé.

LEUR PARCOURS


Un point commun : Barcelone. Sinon, les deux techniciens ont connu un parcours totalement différent. Joueur emblématique du Barça de Johann Cruyff, formé au sein du club catalan où il a passé la quasi-totalité de sa carrière, Josep Guardiola est devenu l'entraîneur de l'équipe B de Barcelone à l'été 2007, un peu mois d'un an après avoir annoncé sa carrière de joueur. Johan Laporta l'a nommé à la tête de l'équipe première en remplacement de Frank Rijkaard le 8 mai 2008, dans la foulée d'une déroute à Bernabeu face au Real (4-1) en championnat. Jose Mourinho n'a jamais été joueur du Barça, il n'a même jamais été professionnel. Mais il est passé par le club catalan en tant qu'entraîneur-adjoint de Louis Van Gaal à la fin des années 90, un technicien qui a d'ailleurs largement inspiré ses méthodes. C'est d'ailleurs ce qui lui a permis d'obtenir le poste d'entraîneur à Benfica en 2000. Révélé lors de son passage à l'Uniao Leiria (2001/2002), le Portugais a atterri à Porto en 2002. La légende du "Spécial One" a débuté l'année suivante, avant de se prolonger à Chelsea (2004/2007) puis à l'Inter où il officie aujourd'hui.


LEUR PALMARES


Monumental pour les deux, mais la palme revient à Josep Guardiola qui a réussi le tour de force de remporter six compétitions sur six possibles dès sa première année à la tête de l'équipe première du Barça. "Pep" a quasiment rempli toutes les cases du palmarès d'entraîneur en 2009 avec le championnat du monde des clubs, la Ligue des Champions, la Liga, la Coupe d'Espagne, la Supercoupe de l'UEFA et la Supercoupe d'Espagne ! Evidemment, le technicien barcelonais a trusté toutes les distinctions personnelles possibles l'an dernier avec un tel bilan. Meilleur coach de Liga, prix du meilleur entraîneur de l'UEFA, il a même été élu Catalan de l'année. La totale. Mais Mourinho n'a pas grand chose à lui envier, même s'il n'a jamais réussi une saison aussi riche. Le Portugais a cependant tout gagné avec Porto (Ligue des Champions en 2004, Coupe de l'UEFA en 2003, Championnat du Portugal en 2003 et 2004, Coupe du Portugal 2003) avant de remporter tous les titres nationaux avec Chelsea (champion en 2005 et 2006, vainqueur de la Cup en 2007 et de la Carling Cup en 2005 et 2007) et d'être sacré champion d'Italie en 2009 avec l'Inter. Difficile de faire mieux.


LEUR STYLE DE JEU


Impossible de ne pas sentir l'influence de Johan Cruyff sur le style de jeu prôné par Guardiola au Barça. La circulation à une ou deux touches de balles, la liberté des milieux à la création et les montées incessantes des latéraux donnent parfois l'impression du football total qui a fait la légende de l'ancien numéro 14 barcelonais avec l'Ajax, la sélection néerlandaise ou le club catalan. Mais "Pep", milieu défensif et clé de voûte du Barça de Cruyff à l'époque, a su y ajouter une rigueur défensive trop souvent éclipsée par les exploits de Xavi ou de Messi. On parle souvent des 80 buts marqués par Barcelone en Liga, pas assez de l'imperméabilité de sa défense avec seulement 19 buts encaissés. La rigueur défensive, c'est justement la grande force de l'Inter de Mourinho. Elle lui a notamment permis d'aller vaincre Chelsea à Stamford Bridge. La patte du Portugais, c'est d'abord la discipline tactique et l'engagement physique. Mais cela ne se réduit pas à une stratégie défensive, bien au contraire. A Chelsea, "The Special One" a aligné Sneijder derrière le trio Pandev-Eto'o-Milito. Un subtil mélange de talents au service d'une organisation extrêmement précise.


LEUR PERSONNALITE


Mourinho et Guardiola sont bien différents à ce niveau-là, pour ne pas dire diamétralement opposés. Le Portugais est LA star de l'Inter. Il ne manque jamais une occasion de faire parler de lui, avec des formules parfois acérées et un sens aigu de la provocation. Ses relations avec la presse sont toujours tumultueuses, et son arrogance est unique dans le milieu, et c'est aussi ce qui lui a valu ce surnom de "Special One". En tout cas, le personnage n'aime pas l'ombre et ne laisse pas indifférent. Guardiola, c'est à peu près tout l'inverse. Lisse, jamais un mot plus haut que l'autre, "Pep" est définitivement dans le genre discret là où son homologue portugais aime adopter un profil tape-à-l'œil. L'entraîneur du Barça laisse bien plus volontiers le statut de star à ses joueurs, Lionel Messi en tête. C'est dans cette optique qu'il ne se met jamais en avant. "Ce sont les joueurs qui sont très bons, je n'ai pas beaucoup de secrets", déclarait-il ainsi après le "Clasico", brillamment remporté 2-0 il y a une semaine à Madrid.