"Je suis impatient"

Voir le site Téléfoot

'Pas de scénario idéal'
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2009-11-13T20:46:07.000Z, mis à jour 2009-11-13T20:46:07.000Z

Raymond Domenech a hâte de voir l'équipe de France en découdre avec l'Eire samedi, en barrage aller de la Coupe du monde 2010, à Croke Park. Le sélectionneur n'a pas prêté attention aux critiques irlandaises. "J'ai arrêté d'écouter ce qu'on dit sur moi, sinon je me serais suicidé", a-t-il commenté.

RAYMOND DOMENECH, comment ça se présente?


R.D. : Pour le moment, sous la pluie, on verra demain. (La traductrice traduit approximativement). Je n'ai jamais dit "malheureusement", j'ai dit il pleut.




Cette fois, il n'est pas question de points, il y a un match retour...


R.D. : Il y a un but qui compte plus que l'autre (à l'extérieur), mais c'est valable aussi pour eux. C'est quelque choses qui pèse.




Marquer est le plus important?


R.D. : L'important c'est de se qualifier.




Que pensez-vous du sélectionneur italien de l'Eire, Trapattoni?


R.D. : Je le respecte beaucoup, je l'ai vu à Milan lors d'un match de Ligue des champions et on s'est salué. Je suis admiratif de sa carrière.




Aurez-vous un oeil attentif sur celui qui sera votre gardien samedi...


R.D. : Le poste de gardien est particulier. Il y en aura un demain dans le but et il fera sa part de travail comme on l'espère tous.




En novembre les joueurs qui jouent en Ligue des champions connaissent un creux physique...


R.D. : C'est le lot des grands joueurs, eux se préparent au mieux pour ces matches là. Ce sont des joueurs de haut niveau, arrêtons de se trouver des excuses. Les deux équipes ont envie de se qualifier, ce sera une belle bataille. Le mois de novembre, la fatigue, qu'il pleuve ou non, ce n'est pas l'important.




Où en est Toulalan?


R.D. : Il n'est pas forfait, il est en phase de récupération et de préparation. Je saurai demain (samedi, s'il peut jouer) mais aujourd'hui il est toujours en phase de préparation.




Puel espère qu'il ne participe pas à ces barrages...


R.D. : J'ai d'autres soucis de ce que peuvent dire les gens extérieurs, on a 24 joueurs qu'on doit préparer le mieux. L'équipe de France est plus importante que les préoccupations des uns et des autres.




Ressentez-vous de la sérénité ou de l'excitation?


R.D. : Je ressens de l'impatience: on connaît l'échéance. Je suis impatient de voir ces deux confrontations en barrage.




Les joueurs irlandais vous ont critiqué dans la presse cette semaine...


R.D. : Chacun dit ce qu'il veut, comme il le veut. Il y a longtemps que j'ai arrêté d'écouter ce qu'on dit sur moi, sinon je me serais suicidé.




Platini a dit qu'une élimination ne serait pas une catastrophe...


R.D. : Ce n'était pas la dernière question avant? (Il se lève, sourit et s'en va, ndlr)