Dans l'actualité récente

Surcoté, le Real Madrid ?

Voir le site Téléfoot

error
Par Stéphane Renaux|Ecrit pour TF1|2015-09-27T15:22:28.530Z, mis à jour 2015-09-27T17:16:32.018Z

Élu par la FIFA meilleur club du XXème siècle, le Real Madrid est souvent présenté comme le plus grand de la planète. Pourtant, l'institution merengue mérite-t-elle ce statut ?

Depuis le début du XXIème siècle, le Real Madrid peine parfois à poursuivre sur sa lancée sur le plan sportif.

Le Barça en embuscade

Au niveau du palmarès, le Real Madrid est absolument inattaquable. Avec pas moins de 10 titres en Ligue des champions, 3 Coupes Intercontinentale, 1 Coupe du monde des Clubs, 2 Supercoupe d'Europe, 2 Coupes UEFA, 32 trophées en Liga et 19 Coupes du Roi, la vitrine du club merengue est pleine. Pourtant, sur les douze dernières années, la capitale espagnole n'a glané qu'une C1, celle de 2014 face à l'Atlético Madrid (4-1 a.p.) et seulement trois championnats. Plutôt maigre quand on sait que le rival éternel, le FC Barcelone, a quant à lui sensiblement comblé son retard : 4 victoires dans la plus prestigieuse compétition européenne (2006, 2009, 2011 et 2015) et 7 titres nationaux. Au total, le club catalan compte déjà 5 titres en Ligue des champions et 23 en Liga, contre 32 pour le Real Madrid. La tendance est donc plutôt blaugrana.  

1 milliard d'euros de transferts

L'origine du déclin du Real Madrid, encore intouchable du temps des Galactiques de Zidane, Figo et Ronaldo, intervient lors de l'élimination en quarts de finale de la Ligue des champions face à l'AS Monaco de Didier Deschamps (2-4, 3-1). À partir de ce moment-là, la Casa Blanca ne dépassera pas le stade des huitièmes de finale durant six saisons consécutives. Une faute due en grande partie à une politique de recrutement souvent inefficace. En effet, 1 milliard d'euros ont été déboursés par les deux présidents, Ramon Calderon et Florentino Pérez. Et certains ne restent pas dans les mémoires des sociaux, à l'instar de Kaka, Owen, Huntelaar, Robben, van der Vaart, Sneijder, M. Diarra, Samuel, Woodgate, Drenthe ou encore Cannavaro. Néanmoins, d'autres transactions ont laissé de meilleurs souvenirs, comme van Nistelrooy, Higuain, Alonso ou bien Di Maria, partis sous d'autres cieux.

L'atout CR7

En dépit de ses arguments précédemment exposés, le Real Madrid demeure une valeur sûre, tant sur le plan national qu'européen. Depuis cinq ans, il figure systématiquement dans le dernier carré de la Ligue des champions et occupe constamment l'une des deux premières positions du classement depuis dix ans, excepté une saison, celle du sacre du voisin Atléti. La présence de Cristiano Ronaldo, Ballon d'Or à trois reprises, est un élément moteur de la régularité du club au plus haut niveau. C'est avec lui qu'il a pu conquérir la fameuse Décima, sous les ordres du technicien italien Carlo Ancelotti. L'attaquant portugais, arrivé en provenance de Manchester United en 2009 pour 94 millions d'euros, pointe actuellement à la première place des meilleurs buteurs de la C1 (81), devant son rival Lionel Messi (77) et va probablement battre celui détenu par Raul (323), en tant que meilleur buteur de l'histoire du Real Madrid. Il en est à 321.