Dans l'actualité récente

[Exclu Téléfoot 13/11] - Trapp : "C’est une soirée que je n'oublierai jamais"

Voir le site Téléfoot

trappFB
Par Alexandre COIQUIL|Ecrit pour TF1|2016-11-13T10:22:41.754Z, mis à jour 2016-11-13T15:11:22.425Z

Dans un entretien exclusif donné à Téléfoot, Kevin Trapp est revenu sur la soirée du 13 novembre 2015 au Stade de France. Une soirée impossible à oublier.

C'est une nuit que Kevin Trapp n'oubliera jamais. Sélectionné avec l'équipe d'Allemagne pour affronter l'équipe de France en match amical au Stade de France le 13 novembre 2015, le portier du Paris Saint-Germain a vécu en première ligne les attaques survenues à Saint-Denis, dans un premier temps, puis à Paris dans le XIe arrondissement.

"C’était ma première sélection avec l’équipe nationale, j’étais heureux", a expliqué Trapp à Téléfoot. Le portier du PSG ne s'était pas rendu compte, comme l'ensemble des joueurs, que les explosions survenues lors de la première période étaient des attentats terroristes. "On ne pense pas à ça. Je n’avais jamais entendu de telles explosions", a ajouté Trapp.

Trapp : "On a vu qu'il y avait des attentats dans une petite télévision du Stade de France"

"A la fin du match,  en rentrant aux vestiaires on a vu qu’il y avait des attentats dans une petite télévision. (...) Personne ne savait quoi faire. On a finalement décidé de rester sur place avec les Français. C’est moment que je n'oublierai jamais", a ajouté le portier allemand.

Restés une partie de la nuit avec les Allemands dans les entrailles du Stade de France, les joueurs de l'équipe de France ont eux aussi vécu un moment spécial.

"On a décidé de quitter le Stade de France quand ils ont trouvé une solution. Ils auraient pu retourner à leur hôtel, venir à Clairefontaine ou rester sur place, a expliqué Didier Deschamps à Téléfoot. Rester avec eux me semblait légitime et logique. La fédération allemande nous a décerné le prix de la solidarité. Mais c'était quelque chose d'humain. Le football était visé. Quand toutes les garanties de sécurité étaient réunies, on a quitté le Stade de France peu après 3h du matin."

Trapp est allé devant le Bataclan

Quelques mois après les attaques, Kevin Trapp est allé se recueillir devant le Bataclan. Un travail sur lui obligatoire. "C’était important pour moi d’aller devant le Bataclan, pour me rendre compte. On pense avoir tout vu à la télévision, mais je n'arrivais toujours pas à imaginer ce qu'il s'est passé. Paris est une ville extraordinaire, une des plus belles du monde. J'essaye d'avoir toujours un sourire sur le visage, même si c'est dur."

Blaise Matuidi, présent ce soir-là sur la pelouse, est allé dans le sens de Trapp à Téléfoot. "Les jours qui ont suivi ont été difficile mentalement. On ne pourra pas oublier. (...) C'était très difficile, on sortait d'un match et on a vu au bout d'une minute ce qu'il s'était passé. On ne comprenait pas ce qu'il se passait, on n'était pas bien. Il est toujours difficile de trouver les mots. C'est un moment que l'on n'a pas envie de revivre."

en savoir plus : Equipe de France de Football