"Terminer le travail"

Voir le site Téléfoot

'Terminer le travail'
Par AFP|Ecrit pour TF1|2009-11-17T20:30:00.000Z, mis à jour 2009-11-17T20:30:00.000Z

Si la France a pris l'avantage en Irlande (0-1), Thierry Henry affirme que "le plus dur reste à faire" avant le match retour des barrages mercredi (21h00) au Stade de France. Le capitaine des Bleus espère un soutien populaire à la hauteur de l'événement. "C'est important", a-t-il souligné.

THIERRY HENRY, y a-t-il du soulagement après le match de samedi et avant le match retour?


T.H. : Je ne dirai pas du soulagement, parce que ce serait du relâchement. Il y a au contraire de l'excitation.




Vous êtes tranquilles?


T.H. : Non. Il reste un match. Cela fait deux ans que l'on souffre. Maintenant, il ne reste plus beaucoup de temps avant d'y arriver. On a gagné là-bas mais il nous reste une bataille. Ce ne sera pas évident parce qu'ils ne lâcheront rien.




Quelle devra être la tactique: défendre ou attaquer?


T.H. : Quand on va sur le terrain, on essaie de gagner. Ce sera pareil mercredi. Il ne faut pas penser au joker que tu peux avoir. On fera les comptes à la fin.




Le plus dur a été fait?


T.H. : Le plus dur reste à faire. Il faut terminer le travail. Essayons de ne pas rater la dernière marche.




Y a-t-il de la sérénité dans le groupe?


T.H. : Depuis le match contre la Roumanie, cette équipe est en train de grandir. On sera plus serein si on se qualifie.




Avez-vous pensé à certains matches décisifs de la France au mois de novembre?


T.H. : Oui, mais cette génération est allé chercher un bon résultat en Italie (en septembre 2007). Au niveau de l'envie, de la confiance, le résultat en Serbie a aussi été important pour nous. On ne va pas revenir sur le passé, mais on va essayer que ce soit un moment important.




Comment avez-vous passé ces derniers jours?


T.H. : On essaie de récupérer. Il y a eu un match avec beaucoup d'engagement. On a fait beaucoup d'efforts. Mais dès aujourd'hui, il faudra se reconcentrer et se projeter dans le match.




Est-ce que ce sera l'un des matches les plus importants de votre carrière?


T.H. : Sur l'ensemble de ma carrière, on ne peut pas dire cela.




Craignez-vous les provocations des joueurs irlandais?


T.H. : Je ne m'attends à rien du tout. Je m'attends à une équipe qui impose un combat physique, agressif. Le reste est anecdotique.




Espérez-vous un élan populaire pour ce match?


T.H. : C'est important. A nous aussi d'emballer le match pour que les supporteurs soient derrière nous. Je ne sais pas s'il y aura beaucoup d'Irlandais, mais j'espère qu'il n'y en aura pas autant qu'en 2004 et que le stade sera bleu. De toute façon, dans le cas contraire, ce ne sera pas la première fois qu'on jouera au Stade de France et qu'il y aura une majorité de supporteurs adverses.




La télévision irlandaise a relaté une altercation entre vous et le sélectionneur à propos de la non-convocation de Patrick Vieira...


T.H. : C'est de bonne guerre. Ce que je trouve dommage c'est que cela sorte aussi chez nous. Mais j'ai vécu 8 ans en Angleterre, donc je sais exactement comment cela se passe.