Tiens, revoilà Sheva

Voir le site Téléfoot

Tiens, revoilà Sheva
Par From Official Website|Ecrit pour TF1|2009-09-29T07:11:03.000Z, mis à jour 2009-09-29T07:11:03.000Z

Andreï Shevchenko aimerait se rappeler au bon souvenir de l'Europe de l'Ouest lors du déplacement du Dynamo Kiev sur la pelouse du FC Barcelone, mardi en Ligue des Champions. L'attaquant ukrainien ne regrette en rien son retour au pays. Il veut faire briller le club de ses débuts, c'est tout.

C'est peu dire que le Camp Nou rappelle de bons souvenirs à Andreï Shevchenko. Flash-Back. Nous sommes le 5 novembre 1997 et quinze jours plus tôt, le Dynamo de Kiev a infligé un cinglant 3-0 au Barça. Mais les projecteurs médiatiques sont bien plus lumineux en Espagne et l'attaquant de 21 ans va alors se révéler pour de bon devant l'Europe entière avec un triplé en 45 minutes. Le club ukrainien s'impose 4-0 en Catalogne, poursuit sa route jusqu'en quart de finale puis en demi-finale l'année suivante. Il ne peut retenir son joyau plus longtemps. Direction le Milan AC pour Sheva avec les années fastes que l'on sait. Ligue des champions en 2003, Ballon d'Or en 2004...


29 septembre 2009. Douze ans plus tard, jour de ses 33 ans, Andreï Shevchenko revient dans le stade de ses exploits. Avec son club de coeur, le Dynamo. Que s'est-il passé entre-temps ? Si les sept saisons passées en Lombardie l'ont assis comme l'un des plus grands attaquants de la décennie, on ne peut en dire autant de ses deux ans à Chelsea et de son dernier pari d'un an, toujours chez les Rossoneri. Et c'est en toute logique qu'il a décidé de revenir au pays à l'intersaison, préférant "rendre un peu de la gloire que le club m'a permis d'obtenir et rendre les gens de Kiev heureux" comme il l'avoue volontiers, plutôt que de céder aux pétrodollars du Golfe.


"Si je ne marque pas, peu importe"


Lors de la première journée de la compétition, l'attaquant n'a pas marqué mais son club s'est imposé devant les Russes du Rubin Kazan (3-1). Aucun problème pour lui dont les priorités sont ailleurs désormais. "Le résultat du Dynamo est le principal. Si je marque, c'est bien, mais si ce n'est pas le cas, peu importe, du moment que l'équipe est bonne. C'était très important de gagner notre premier match à domicile car le groupe est relevé" , explique-t-il, avouant au passage qu'il était "anxieux car la dernière fois que j'ai joué pour le Dynamo en Ligue des Champions, c'était il y a dix ans". Et voilà donc Sheva de retour sous les spotlights du Camp Nou...


En une décennie, beaucoup de choses ont changé. Le Barça moribond de cette année-là, d'où ne subsiste que Carles Puyol, est devenu une véritable machine à gagner, pleine de stars régalant le continent avec un jeu spectaculaire. Mais le club blaugrana devra se méfier du trentenaire expérimenté qu'est devenu Andreï Shevchenko. Pippo Inzaghi, 36 ans, n'a-t-il pas inscrit un doublé à Marseille avec le Milan AC ? Marseille n'est sans doute pas le Barça. Et un joueur ne fait pas une équipe. Pourtant, difficile d'occulter les 61 buts en 120 matches de Coupe d'Europe de Sheva*. Un toutes les deux rencontres. Les Catalans noteront une nouvelle fois qu'il n'a pas marqué il y a 15 jours...


*Andreï Shevchenko est le 4e meilleur marqueur de l'histoire des coupes d'Europe. Avec ses 61 buts, il est seulement devancé par Filippo Inzaghi (68), Raùl (67) et Gerd Müller (62).