Toulalan les a plombés

Voir le site Téléfoot

Toulalan les a plombés
Par Eurosport|Ecrit pour TF1|2010-04-22T21:32:05.000Z, mis à jour 2010-04-22T21:32:05.000Z

Irréprochable depuis le début de saison, Jérémy Toulalan a commis un grave impair à l'Allianz-Arena. Son expulsion face au Bayern en demi-finale de la Ligue des Champions a inversé le rapport de force alors que les Bavarois avaient perdu Ribéry en première mi-temps. L’OL l’a payé cash.

Bafétimbi Gomis allait entrer en jeu. Claude Puel avait, enfin, décidé de profiter de la supériorité numérique de Lyon pour affirmer les ambitions de l'OL et repartir de Bavière avec le scalp du Bayern. Et puis patatra. Averti trois minutes plus tôt, Jérémy Toulalan part pied en avant devant Schweinsteiger (54e), excès d'engagement. Deuxième jaune, rideau. Bien sûr, le second avertissement est sévère mais, sur ce coup-là, l'homme à tout faire de l'OL a fait preuve d'une terrible naïveté.


Etonnant de la part d'un joueur qui ne s’est jamais distingué pas son manque de sang froid. Car les Lyonnais devaient s'attendre à une éventuelle compensation de la part de M.Rosetti. L'homme en noir, en jaune en l'occurrence ce mercredi, s'était attiré les foudres de l'Allianz-Arena après l'expulsion de Franck Ribéry dès la 37e minute et une Allianz-Arena en fusion, ça fait du bruit. Une pression pas toujours facile à supporter. Claude Puel avait cerné le danger à la pause : "On savait qu'à la moindre alerte, à la moindre faute, il risquait d'y avoir une compensation, ça a été le cas avec Toulalan."


Anthony Réveillère à la fin du match ne disait pas autre chose : "Sur l’expulsion, on devait s’attendre à ce que l’arbitre équilibre." Toulalan a donc manqué de discernement. Jean-Michel Aulas avance une explication qui tient la route : "L'exclusion de Franck Ribery était méritée. Il y va pour faire mal. Celle de Jérémy Toulalan est née de la déception d'avoir pris un avertissement qui le privait du match retour pour cause de suspension. Cela a été une faute déterminante."


Un handicap pour le retour


Ruminer ses états d'âme est une chose, mettre en péril son équipe en est une autre. Son expulsion a clairement inversé le rapport de force et le Bayern n'a plus jamais relâché l'étreinte. Sa sortie a obligé Puel à repenser son système. Et à la place de Gomis, c'est Makoun qui est entré en jeu. Tant pis pour les ambitions, place au pragmatisme. "C'est dommage qu'on n'ait pas gardé la supériorité numérique pour asseoir un peu plus notre jeu et avoir une meilleure maîtrise. En égalité numérique, on avait déjà pas mal couru en première mi-temps, on avait eu du mal à garder le ballon assez haut. On n'a pas pu faire rentrer Bafé Gomis pour nous permettre de garder des ballons beaucoup plus haut et donc on a beaucoup couru pour préserver ce résultat", pestait Puel à la fin du match.


Gonalons a pris place dans l'axe de la défense, lui, le milieu de terrain de métier qui ne possède ni l'intelligence tactique ni le volume de jeu de Toulalan. Lorsque Robben a déclenché son missile décisif, le jeune Gone a préféré éviter le tir plutôt que de se jeter dessus comme un vrai dernier rempart. La sanction est immédiate. Mais l’expulsion de l’international français pose un autre problème : la gestion du match retour. L'OL devra faire sans lui. Or Lovren n'est pas qualifié pour jouer la C1, Boumsong et Bodmer, tous deux blessés et forfaits à l'aller, seront sans doute trop justes pour le retour. Gonalons pourrait de nouveau accompagner Cris dans un match où il ne faudra surtout pas prendre de but. Le Policier n'a d'ailleurs pas caché sa crainte : "Oui, ça m'inquiète. Nous avons déjà beaucoup de blessés et nous perdons un leader sur le terrain. "On a, en effet, connu situation plus sereine.