Toulouse - Lyon : le penalty de la controverse...

Voir le site Téléfoot

L'arbitre François Letexier accorde un penalty imaginaire à Lyon, face à Toulouse.
Par Christopher LE CAËR|Ecrit pour TF1|2017-12-21T12:08:08.512Z, mis à jour 2017-12-21T12:08:32.316Z

Une polémique a alimenté la dernière journée de la phase aller en Ligue 1. En cause, un penalty, très généreux, accordé à l'OL mercredi soir face à Toulouse. Match remporté par Lyon (2-1).


"L'arbitre a décidé qu'on perdrait ce soir..." Max-Alain Gradel n'a pas mâché ses mots en zone mixte, quelques minutes après une nouvelle défaite de Toulouse, lors de la 19e journée de Ligue 1. Si l'Ivoirien a marqué, sur un penalty en toute fin de rencontre, il n'a pu empêcher un dixième revers de son équipe en championnat, mercredi soir face à Lyon (1-2) au Stadium, plaçant le Tef' à une inconfortable et inquiétante 17e place à l'issue de la phase aller. Car dans cette ultime partie avant la trêve des confiseurs, c'est un autre penalty - bien plus contestable - accordé aux Gones, qui a fait parler. 

Rusé comme Mariano 

23e minute de jeu au Stadium. Lancé par Fékir, l'attaquant lyonnais Mariano Diaz s'écroule dans la surface, visiblement fauché par le portier toulousain Alban Lafont. L'arbitre, François Letexier, n'hésite pas un instant et désigne le point de penalty. Logique à vitesse réelle ? "En direct, j'ai l'impression qu'il y a faute, mais a priori il n'y a pas penalty", concède après le match Bruno Génésio, le coach lyonnais, suspendu pour cette rencontre et qui avait pris place en tribunes. Effectivement, les ralentis proposés ne laissent guère place au doute : le directeur du jeu s'est laissé abuser par la chute du Dominicain, absolument pas touché par le gardien et qui a grossièrement plongé. "Je suis juste devant, il n'y a vraiment pas penalty", assure l'arrière gauche Kelvin Amian. Un penalty imaginaire qui valu à Lafont un carton jaune et permis l'ouverture du score de l'OL. 

La simulation de Diaz amuse les réseaux sociaux 

Pascal Dupraz, d'ordinaire pas avare en commentaires, est resté très calme après la rencontre, sur ce fait de jeu défavorable concédé par ses protégés. "Je n'ai pas envie de dire quoi que ce soit sur l'arbitrage" a-t-il simplement réagi. Que le technicien savoyard ne s'inquiète pas, d'autres ont commenté pour lui. Sur les réseaux sociaux, cette faute imaginaire dans la surface a suscité bon nombre de réactions plus ou moins amusantes. L'avant-centre devenant rapidement la risée sur la toile. 







 Les compliments de Jean-Michel Aulas 

Tout va très vite en football. Salué unanimement pour sa décision de refuser un but pourtant validé par la goal line technologie (GLT) lors de Troyes - Amiens (1-0), quatre jours plus tôt, François Letexier a vécu une soirée bien plus pénible mercredi au Stadium, berné par une simulation de Diaz. Un sentiment pas partagé par le président de l'Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas, qui, au lendemain du couac de la GLT, avait encensé le jeune arbitre (28 ans) sur Twitter. "Bravo à ce jeune arbitre François Letexier qui a sauvé le match grâce à son expertise et sa communication : bravo et merci". Le boss de l'OL avait-il en tête que quatre jours plus tard, ce même arbitre allait diriger ses Lyonnais à Toulouse ?  "J'ai fait le tweet sans savoir d'ailleurs qu'il allait nous arbitrer ce soir (mercredi, ndlr)", s'est défendu Aulas. 



Après Toulouse - OL, le président des Gones a redit tout le bien qu'il pensait de François Letexier : "C'est sûrement un très grand arbitre pour le futur. J'ai trouvé qu'il avait bien résisté parce que la pression était très forte sur le banc de touche et dans les tribunes". Les Toulousains jugeront certainement différemment... Toujours est-il que Lyon va continuer à faire "jaser" pour ses penalties obtenus et alimenter la légende du "penalty pour Lyon !" sur les réseaux sociaux. La saison passée, l'OL était champion des penalties en Europe (14 accordés).