Dans l'actualité récente

Tour de France des clubs : Marseille, la renaissance ?

Voir le site Téléfoot

Afyon Cup 2015   Karim Rekik   Olympique de Marseille
Par Justine SOIGNON|Ecrit pour TF1|2016-07-17T09:17:52.959Z, mis à jour 2016-07-17T09:21:57.091Z

Avant la reprise du Championnat de France, le 12 août prochain, Téléfoot vous présente les vingt clubs qui feront la L1 en 2016-2017. Aujourd’hui : l’Olympique de Marseille.

La saison dernière

Les Phocéens n’ont assuré leur maintien que lors de la 36e journée (rappelons que la Ligue 1 n’en dénombre que 38). Pour un club de la trempe de l’OM, ça veut tout dire. Mal embarqué après la démission brutale de Marcelo Bielsa le soir du premier match de la saison, Marseille a très vite sombré. Pendant presque huit mois, les joueurs de Michel - le vaillant espagnol venu sauver le club, en vain – ont couru derrière une troisième victoire à domicile sans pouvoir l’attraper. Il leur a fallu attendre le 7 mai 2016 pour renouer avec le succès dans leur antre. C’était face à Reims (1-0) et ça ne leur était pas arrivé depuis le 13 septembre 2015 au grand dam de leurs supporters.



Les joueurs de Marcelo Bielsa, puis de Franck Passi, de Michel ensuite puis de Franck Passi encore (trop de changements, ça a dû perdre plus d’un joueur) ont fini la saison à la 13e place avec 48 points et un total de 10 victoires pour 18 nuls et 10 défaites.

Les mouvements de l’intersaison

Arrivées : Henri Bedimo (Lyon), Doria (Granada CF), Tomas Hubocan (Dynamo Moscou), Saîf-Eddin Khaoui (Tours), Hiroki Sakai (Hanovre 96)

Départs : Michy Batshuayi (Chelsea), Steven Fletcher (Sunderland), Mauricio Isla (Juventus), Mario Lemina (Juventus), Steve Mandanda (Crystal Palace), Javier Manquillo (Atlético Madrid), Nicolas Nkoulou (Lyon), Lucas Ocampos (Genoa), Lucas Silva (Real Madrid), Florian Thauvin (Newcastle).

L’équipe-type probable

OM : Pelé – Bedimo, Rekik, Hubocan, Sakai – Tuiloma, Sparagna – Sarr, Cabella, Alessandrini - Rabillard

L’entraîneur : Franck Passi

Les entraîneurs passent, Franck Passi reste. Cet ancien milieu de terrain de l’OM né en 19 avant Mandanda a été l’adjoint d’Elie Baup, de José Anigo puis de Marcelo Bielsa sur le banc phocéen. Quand le coach argentin a démissionné sur un coup de tête, c’est lui qui a assuré l’intérim jusqu’à ce que son successeur, Michel, débarque. Redevenu adjoint, il repasse entraîneur principal (oui, c’est difficile à suivre, un peu comme un épisode de Plus belle la vie) lorsque l’Espagnol est limogé en avril dernier. Fidèle au club olympien qu’il connaît par cœur, le natif de Bergerac sera sur le banc marseillais à la rentrée et il compte bien relancer ses troupes.

La star : Le Vélodrome

Oui, on vous voit déjà  froncer les sourcils : « Comment ça ? Et Karim Rekik alors ? Et Bouna Sarr ? Et Rémy Cabella ? C’est pas des stars ça ? » Ouais, ben non. La star, cette année, ce sera l'Orange Vélodrome. Déjà parce que, supporters de l’OM, soyez un peu objectifs, vous avez perdu vos têtes d’affiche. Ensuite, parce que la saison dernière, le Vélodrome a souffert. Déserté par ses supporters et par les victoires, le second stade de France a vécu une triste saison. Conséquence directe, la campagne d’abonnements peine actuellement à décoller. Les supporters ne sont pour le moment que 6 000 à avoir acheté le Saint Graal pour les matches à domicile alors que l’objectif est de 30 000 abonnés au 31 août. Et puis bon, Karim Rekik qui ?

L’objectif en 2016-2017

L’OM a perdu son capitaine Steve Mandanda, son meilleur buteur Michy Batshuayi, Nicolas Nkoulou et cherche encore à se séparer de certains de ses joueurs dans l’espoir de renflouer les caisses. Lassana Diarra, l’homme fort du milieu de terrain, souhaiterait également partir. Des joueurs importants qui ne sont pas remplacés, ce n’est pas forcément rassurant à un mois de la reprise du championnat. Mais Franck Passi l’assure, les renforts vont arriver. Pour le moment, l’objectif le plus plausible est celui du maintien. Avec un effectif autant diminué, les Marseillais savent qu’ils vont devoir se reconstruire avant d’être plus ambitieux. Mais Karim Rekik, défenseur central, ne mange pas de ce pain-là. Pour lui, le haut du tableau est une obligation : « Si l’objectif du club est de jouer le haut du tableau ? Oui, c’est ce qu’on veut et c’est une obligation quand tu joues à Marseille. Si on travaille tous et qu’on donne tout sur le terrain, c’est possible. » Y croire, c’est déjà faire la moitié du chemin.

Notre pari

A l’instant T, on voit l’OM jouer le maintien, objectivité oblige. Mais on ne serait pas contre un retournement de situation rocambolesque et une équipe qui vient chatouiller le PSG.