Transfert : à quoi joue Jean-Michel Aulas ?

Voir le site Téléfoot

Aulas passe à l'attaque
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2010-06-02T13:22:00.000Z, mis à jour 2010-06-02T13:22:00.000Z

Gourcuff, Ben Arfa, Briand, le président lyonnais Jean-Michel Aulas ne cesse d'évoquer les noms de gros poissons de la Ligue 1 pour renforcer l'effectif de l'OL. Pistes sérieuses ou simple entreprise de déstabilisation ?

JMA pilleur de clubs
Les présidents de clubs de Ligue 1 et leurs supporters reprochent régulièrement à Aulas de les piller et d'écraser ainsi la concurrence en utilisant plus son portefeuille que la qualité du football pratiqué par son équipe. En cette année de Coupe du monde, le président des Gones avait pourtant juré de se calmer, ne voulant surtout pas perturber la préparation de l'équipe de France. JMA estimait même que la Ligue 1 s'en mordrait les doigts, car ce serait autant d'argent frais en moins injecté au sein des clubs. Car Jean-Michel Aulas en est persuadé, il contribue au bien-être du football français.

Déstabiliser la concurrence
Si ces résolutions sont véridiques, pourquoi se dire prêt à casser sa tirelire pour Yoann Gourcuff, alors que ce dernier se trouve avec les Bleus en pleine préparation pour la Coupe du monde ? A moins que dans tous les cas, Aulas ne sorte gagnant de ce jeu de poker menteur. Car même si Gourcuff ne vient pas à Lyon, l'affaire aura forcément contrarié les plans bordelais lors du mercato. Idem pour ce soi-disant désir de récupérer Hatem Ben Arfa. Le gaucher de l'OM, comme le meneur de jeu bordelais, n'ont que peu de chances de signer dans un club français autre que leur club actuel. S'ils partent, ce sera selon toute vraisemblance pour l'étranger. Mais l'occasion de perturber des concurrents directs (Marseille, Bordeaux) était trop belle.

Peu importe où signe Briand
Même le cas Jimmy Briand n'échappe pas à ce constat. Si Lyon a fait une proposition concrète au joueur et est effectivement à deux doigts de l'enrôler, Aulas savait l'OM intéressé de longue date par ce dossier. Au pire, si Briand choisit la Canebière, JMA aura forcé Dassier à proposer un contrat plus juteux à l'international français. Les cyniques trouveront que cette stratégie est de bonne guerre, les détracteurs d'Aulas crieront au scandale. Mais quelque soit l'avis, pro ou anti Aulas, un seul constat s'impose : Lyon est actuellement le plus grand club de France. CQFD