Transferts : le SC Bastia serait passé à côté de Ronaldo et Ribéry !

Voir le site Téléfoot

Ribéry, c'est bien terminé
Par Louis-MArie VALIN|Ecrit pour TF1|2016-12-16T15:14:21.791Z, mis à jour 2016-12-16T15:33:46.427Z

Selon un ancien dirigeant du club corse, le SCB ne s'est pas toujours montré perspicace sur le marché des transferts...

C’est une information qui risque de donner mal à la tête à de nombreux supporters bastiais qui voient aujourd’hui leur club lutter pour sa survie en Ligue 1. Selon les mémoires d’un ancien joueur et responsable du club, le SCB serait passé à côté de deux des meilleurs joueurs du 21ème siècle !


Des recruteurs mal inspirés

Dans son livre « Légendes du SCB » qui sort actuellement, Jo Bonavita,  ancien joueur et responsable de la coordination et de la logistique sportive du Sporting Club de Bastia, a livré quelques anecdotes croustillantes dont il a été le témoin durant son passage au club. Parmi elles, deux histoires de transferts avortés devraient tout particulièrement attirer l’attention des supporters du club corse.

En effet, à l’été 2002, le club n’aurait pas saisi l’occasion de faire signer deux jeunes cracks du football pour des montants pourtant dérisoires. Le nom de ces jeunes pousses ? Cristiano Ronaldo et Franck Ribéry !



Une frilosité mal placée

Au cours d’une rencontre amicale contre le Sporting Portugal, les dirigeants Bastiais se seraient ainsi vu proposer le jeune Cristiano de 16 qui souhaitait alors jouer en première division française. Son club n’en demandait que 800 00 € mais l’investissement pour un joueur alors complètement inconnu effraie les décideurs qui décident de ne pas donner suite à la proposition. Quelques semaines plus tard, le jeune homme sera repéré par Alex Ferguson et rejoindra Manchester United.

Décidément peu inspirés cette saison, les dirigeants bastiais n’auraient également pas voulu débourser les 2 500 € nécessaires à la venue d’un joueur de National évoluant à Martigues, Franck Ribéry. Rencardé par un de ces amis, Jo Bonavita aurait pourtant recommandé le joueur à l’entraîneur de l’époque Gérard Gili qui faute de place au milieu de terrain n’en aurait pas voulu.

Si ces informations s’avéraient exactes, il est peu de dire que les principaux intéressés ont du s’en mordre les doigts.