Trois vrais Bleus

Voir le site Téléfoot

Trois vrais Bleus
Par Eurosport|Ecrit pour TF1|2010-05-12T17:58:07.000Z, mis à jour 2010-05-12T17:58:07.000Z

Mathieu Valbuena, Marc Planus et Yann M'Vila n'avaient jamais goûté à l'équipe de France avant d'être retenus dans la pré-liste des trente pour la Coupe du monde. Les trois Bleus, qui ont franchi un cap cette saison en L1, ne rêvent plus que de faire partie des 23 désormais.

YANN MVILA (Rennes) : Une ascension fulgurante


C'est la surprise du chef. En sortant le nom de Yann M'Vila au JT de TF1, Raymond Domenech a bluffé plus d'un amateur de football. Même l'intéressé ne s'y attendait pas. "Je ne regardais même pas la télé et un ami très proche m'a appelé, a-t-il reconnu au micro de Canal+. Je lui ai dit: Arrête de mentir, vas-y!". On comprend son étonnement. En un an, il sera passé de la découverte de la L1 au grand bain de l'équipe de France à quelques jours d'un Mondial. C'est simple, il vit un rêve tout éveillé. Sa convocation ne vient toutefois pas de nulle part. S'il a foulé les prés verts de l'élite pour la première fois lors de la deuxième journée de L1 cette saison, le natif d'Amiens n'est pas un inconnu à la FFF. Il a fait toutes ses classes avec les catégories jeunes de l'équipe de France jusqu'à rejoindre les Espoirs cette saison après avoir été le capitaine en moins de 19 ans des Bleus qui ont échoué en demi-finale de l'Euro l'été dernier. A Rennes, il a explosé grâce à la confiance de Frédéric Antonetti, successeur d'un Guy Lacombe qui avait relégué le jeune M'Vila au dernier rang de la hiérarchie au poste. Vainqueur de la Gambardella en 2008, il s'est fait sa place dans l'entrejeu des Rouge et Noir grâce à son abattage à la récupération, sa puissance et sa qualité de relance. Au final, il aura joué 34 matches dont 32 comme titulaire en L1 et a été nommé dans la catégorie meilleur espoir du championnat. Une ascension déjà fulgurante mais il ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. "Personnellement, c'est un rêve de jouer une Coupe du monde, c'est une grosse surprise d'être dans les 30. Pourquoi pas être dans les 23 ? C'est une chose que j'espère, mais je ne sais pas du tout."


MARC PLANUS (Bordeaux) : En concurrence avec Rami


La défense reste l'un des grands chantiers de Raymond Domenech depuis quelque temps maintenant. Entre les blessures et les prestations en demi-teinte de certains cadres attendus, le sélectionneur des Bleus tente toujours de trouver la bonne formule, notamment dans l'axe. Marc Planus profite de ce contexte pour rejoindre le groupe France. Au bon moment ? Peut-être bien. Préféré à Philippe Mexès (AS Roma), Jean-Alain Boumsong (Lyon), Julien Escudé (FC Séville) ou encore son coéquipier en club Mickaël Ciani (une sélection), le Girondin de 28 ans est enfin récompensé de ses bonnes prestations avec cette convocation, sa première avec les Bleus, mais pas sa première avec Domenech : les deux hommes se sont côtoyés en Espoirs en 2002 et 2003. S'il a fait toute sa carrière avec le maillot au Scapulaire sur le dos, Planus s'est imposé au fil des saisons comme l'une des valeurs sûres du Championnat à son poste. Depuis quelques années, il est le patron de l'arrière-garde girondine. Si le club aquitain a pris l'eau en fin de saison, ses blessures n'y sont pas étrangères. Il a maintenant quelques jours pour montrer qu'il peut jouer un rôle au sein de la sélection tricolore. Il part sur la même ligne que le Lillois Adil Rami, qui a zéro sélection mais deux convocations derrière lui. Et surtout pas le même profil.


MATHIEU VALBUENA (Marseille) : Le lutin sur sa lancée


S'il n'a jamais honoré le moindre rassemblement en équipe de France, Mathieu Valbuena était cependant pressenti pour faire partie de la liste de Raymond Domenech grâce à son excellente fin de saison. Le milieu de poche (1,65m) de Marseille a largement participé à la conquête du titre de champion de France et de la Coupe de la Ligue. L'ancien joueur de Libourne n'entrait pourtant pas dans les plans de Didier Deschamps et n'a en quasiment pas joué lors de la première moitié de Championnat. Son départ était même évoqué lors du mercato d'hiver. Valbuena a fini par convaincre son entraineur par son travail et ses performances sur le terrain, le plus souvent au poste de milieu droit. A 25 ans, il a une chance de goûter aux joies de l'équipe de France, deux ans après une convocation pour un match amical face à l'Angleterre (1-0) qu'il avait déclinée sur blessure. Domenech n'a pas fait appel à lui par hasard. Doué et travailleur, Valbuena représente une option crédible pour évoluer sur le côté droit des Bleus, pas toujours convaincant, voire dans l'axe, où Eric Gerets l'a révélé. Il peut croire en ses chances d'être dans les 23. "Il faut le mériter, il y aura de la concurrence, des déçus, mais je vais tout faire pour", a-t-il déclaré sur RTL. Et travailler, il sait ce que c'est !