Trophée des Champions : Le PSG bien trop fort pour Lyon

Voir le site Téléfoot

Angel Di Maria   PSG
Par Julien Kobana|Ecrit pour TF1|2016-08-07T08:00:18.067Z, mis à jour 2016-08-07T08:04:09.247Z

A l’occasion du trophée des Champions, le Paris Saint-germain a surclassé l’Olympique lyonnais 4-1 pour s’adjuger la victoire. Largement dominateurs, les Parisiens ont impressionné.

Le début de la rencontre laissait croire que l’OL pouvait se mettre au niveau des Champions de France. Le but justement refusé à Fékir dans les premiers minutes n’a pas inquiété le PSG qui a ensuite déroulé pour facilement prendre la mesure de Lyon. Pastore (9ème), Lucas (19ème), Ben Arfa (34ème) et Kurzawa (54ème) ont marqué les 4 buts parisiens alors que Tolisso a réduit le score à 3 minutes de la fin.

Un trio déjà magique

La complémentarité entre Ben Arfa (1 but), Pastore (1 but, 2 passes décisives) et Di Maria (1 passe décisive) a été très efficace. Si elle demeure perfectible, surtout à cause du positionnement d’Hatem Ben Arfa dans un rôle de faux avant-centre, les trois parisiens n’ont cessé de perturber une défense lyonnaise très fébrile. Ben Arfa et Pastore ont marqué, et Di Maria a été étincelant. La complicité entre les trois joueurs promet beaucoup, et avec le retour d'Edinson Cavani, Paris pourrait être encore plus dangereux devant.


L’homme du match, Angel Di Maria

Il aurait pu lui aussi inscrire un but, mais Lopez s’est interposé au quart d’heure de jeu sur une merveille de lob depuis le milieu du terrain avant que la barre ne supplée le portier lyonnais sur un nouveau lob de l’Argentin à l'entrée de la surface. Intenable, l’ancien Mancunien a survolé la rencontre, gagnant régulièrement ses duels et trouvant facilement Ben Arfa, Pastore et Kurzawa.

Unai Emery a gagné les batailles tactiques et physiques 

Le résultat témoigne de deux choses : tactiquement, le PSG a été largement au-dessus de son adversaire. Le travail de récupération de Motta et Stambouli ainsi que le travail tant offensif que défensif de Kurzawa et Aurier a permis aux Champions de France de constamment avoir le dessus sur Lyon. Sans Rabiot, Matuidi, Krychowiak, et Verrati (rentré pour les 20 dernières minutes), le milieu de terrain parisien a survolé les débats. Les ballons dans le dos de la défense lyonnaise ont systématiquement été dangereux et les combinaisons offensives ont été un régal pour les yeux.

Ensuite physiquement, les joueurs de la capitale semblent très affutés et ils ont multiplié les efforts tant dans la transmission que dans la récupération du ballon. Niveau satisfaction parisienne, mention spéciale à Kimpembe qui a démontré une maturité impressionnante dans les duels en l’absence de Thiago Silva. Côté Lyonnais, Cornet, et Tolisso ont su tirer leur épingle du jeu et livrer une prestation correcte, cependant insuffisante pour venir à bout du PSG.

Le flop : la défense lyonnaise complètement débordée

La défense lyonnaise a montré d’énormes lacunes. Souvent prise à défaut, approximative dans les relances, l’arrière garde des vice-champions de France s’est souvent très mal placée. Le latéral droit brésilien de Lyon a stigmatisé les difficultés rhodaniennes. Rafael a en effet perdu beaucoup de ballons et a régulièrement été pris de vitesse par Di Maria, Pastore ou Kurzawa lors de ses montées. En grande difficultés, Il a d'ailleurs été remplacé par Christophe Jallet à la 69ème minute. A noter que les quatre buts viennent de son côté.



Le chiffre : 4

Le nombre de buts inscrits, et aussi le quatrième trophée des champions consécutif pour les Parisiens. Le score aurait pu être plus lourd si Angel Di Maria, ou Pastore avaient été plus adroits devant le but.

Et maintenant ?

En regardant ce match, on peut se dire que le schéma de jeu de Emery devrait en début de saison associer Cavani à un trio composé de Ben Arfa, Di Maria et Pastore. Paris ira à Bastia pour la première journée de championnat alors que Lyon se rendra à Nancy. Même s'il ne s'agit que de la première rencontre officielle de la saison, les Parisiens semblent armés pour de nouveau dominer le football hexagonal.