Un casse-tête pour Puel

Voir le site Téléfoot

Puel : 'Un match spécial'
Par Eurosport|Ecrit pour TF1|2010-04-21T09:27:04.000Z, mis à jour 2010-04-21T09:27:04.000Z

A Madrid et Bordeaux, Lyon a, en grande partie, décroché sa qualification grâce aux choix tactiques de Claude Puel. Cela tombe bien, à Munich en demi-finale, le coach de l'OL va devoir faire parler sa science. Entre les absences ou les risques de suspension, il va falloir trouver la bonne formule.

Il n'y a pas que le voyage en mini-van jusqu'à Stuttgart qui a dû agiter les nuits de Claude Puel. A l'occasion la demi-finale aller de la Ligue des champions, et un déplacement périlleux à l'Allianz Arena, l'entraîneur de l'OL doit faire face à une équation délicate. Pour ce match capital, Puel doit à la fois gérer la cascade de forfaits en défense et la menace de suspension qui plane au-dessus de sept joueurs lyonnais et non des moindres. Jugez plutôt : Cris, Aly Cissokho, Jérémy Toulalan, Kim Källström, Maxime Gonalons, Miralem Pjanic et Cesar Delgado ne devront pas recevoir d'avertissement s'ils veulent jouer le retour. Soit au moins quatre titulaires indiscutables et trois autres indispensables, bien plus que des seconds couteaux.


Le risque lors de ce match aller ? Le calcul. Les sept hommes ne devront pas gamberger à l'heure d'aller au contact. Or ce sont bien Cris et Toulalan qui donnent le la dans l'envie côté rhodanien tout comme Gonalons dont l'atout principal reste sa capacité à remporter les duels et ratisser des munitions. Aux avant-postes, le pressing de Delgado est crucial. L'Argentin ne devra pas freiner ses ardeurs. Quant à Cissokho, face à Robben, il va devoir maîtriser ses nerfs. Le quart de finale retour à Bordeaux a démontré qu'il pouvait sortir de son match. Puel va devoir trouver les mots justes pour mettre ses sept hommes dans les meilleures conditions et éviter les calculs parasites. "Il n'y a pas de calcul à avoir, ni de retenue, même si nous avons pas mal de joueurs qui peuvent être suspendus pour le retour. Ce sont les aléas et nous ferons face si cela doit se produire", prévient Puel.


Un trio Gonalons-Källström-Makoun ?


Autre chantier et non des moindres, la défense centrale. Dejan Lovren n 'est pas qualifié pour la C1, Jean-Alain Boumsong, victime d'une élongation du mollet à Bordeaux il y a deux semaines, et Mathieu Bodmer, blessé derrière une cuisse, sont eux forfaits. Comme souvent, c'est Jérémy Toulalan qui va jouer les pompiers de service au côté de Cris. Forcément, son absence dans l'entrejeu devra être compensée. Rétabli d'une lésion musculaire à l'adducteur gauche, Jean II Makoun pourra-t-il tenir 90 minutes ? Le mystère demeure. A priori, il devrait malgré tout démarrer.


Face à Bordeaux, le milieu de terrain lyonnais composé de Källström, d'Ederson et de Pjanic, a terriblement souffert de l'absence de Toulalan et Makoun avec une transmission brouillonne, un marquage approximatif et des fautes à répétition. Or Lyon a construit ses succès cette saison en Ligue des Champions sur son homogénéité et son bloc équipe. Le Real et Bordeaux se sont cassés les dents sur la forteresse de l'OL dressée par Puel.


Un milieu moins performant dans la récupération, plus lâche dans le marquage et c'est tout le collectif qui en pâtit. "Sans milieu défensif de métier, il était difficile d'avancer, il a fallu forcer la décision", a commenté Puel samedi. Contre Munich, il devrait opter pour un trio Källström-Gonalons-Makoun à la récupération. Un trident chargé de harceler le Bayern. A moins que l'entraineur de l'OL ne privilégie Pjanic pour apporter une touche de créativité au milieu. Jusqu'ici, ses choix en C1 se sont avérés payants. De son tableau noir pourrait une nouvelle fois venir le salut de l'OL.