Un coin de ciel bleu

Voir le site Téléfoot

Un coin de ciel bleu
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2009-08-10T15:48:00.000Z, mis à jour 2009-08-10T15:48:00.000Z

Trois jours après avoir déçu face au Nigeria (0-1), les Bleus se sont repris en battant la Turquie (1-0), vendredi au Stade de Gerland. Sous la pluie, l'équipe de France n'a pas livré une prestation mémorable mais a assuré le service minimum face à des Turcs réduits à dix dès la 38e minute.

FRANCE-TURQUIE : 1-0
But : Benzema (38e s.p)


En dépit d'une météo cataclysmique et d'une ambiance parfois viciée, les Bleus ont réussi à montrer un tout autre visage que celui, très pâle, affiché face au Nigéria. Les conditions étaient pourtant réunies pour faire de ce match un enfer : un manque de confiance lié aux derniers résultats, des trombes d'eau qui s'abattent soudainement sur Gerland dès le coup d'envoi, une atmosphère chargée d'électricité avec un hymne français moyennement respecté et des Bleus sifflés dès qu'ils touchent leurs premiers ballons... Mais les hommes de Domenech ont su faire preuve d'une force de caractère insoupçonnée, notamment après le manque d'envie affiché face aux Super Eagles... Difficile pourtant de vraiment étalonner la valeur de cette équipe française qui aura joué pendant près de 50 minutes en supériorité numérique. Mais seule la victoire est belle, dit-on, et ces Bleus-là en avaient sacrément besoin.


Passé le coup de froid du début de match et les sifflets qui donnaient l'impression que les Français évoluaient à l'extérieur, les partenaires d'Abidal, capitaine d'un soir, se remobilisent pour contrecarrer des Turcs jouant très haut et s'exposant aux contres. Démontrant une véritable application dans les transmissions, les Bleus se rassurent peu à peu. Reste le problème de la finition. Epineux. A l'image de Nicolas Anelka qui file seul au but mais qui dévisse complètement sa frappe (30e) ! L'attaquant de Chelsea, plus malheureux que son partenaire Florent Malouda, qui a réussi un retour remarqué au sein de la sélection, se rachète quelques instants plus tard en profitant d'une mésentente entre Volkan et son défenseur Uzülmez. Anelka s'infiltre entre les deux Turcs mais se fait accrocher par le défenseur ! Penalty et expulsion, assez sévère tout de même, d'Uzülmez (37e)... Devant son public, Karim Benzema ne tremble pas et réussit le penalty (1-0, 38e), inscrivant au passage son 6e but en bleu.


L'esprit plus tranquille


La seconde période est entièrement à l'avantage des Tricolores. Les demi-finalistes du dernier Euro, complètement asphyxiés, payent très cher leur infériorité numérique. Les occasions, à l'image de la météo qui se déchaîne, pleuvent sur les buts de Volkan. Mais il n'y a pas que des tirs ou des trombes d'eau. Il y aura également, à la 78e minute, des fumigènes lancés par des supporters turcs qui vont nécessiter l'interruption du match pendant quelques minutes... Pathétique.


A part ça, les Français continuent de dérouler et, sans être brillants, parviennent encore à se montrer dangereux devant les buts adverses, à l'image de cette reprise à bout portant de Ribéry (75e), auteur d'une très bonne rentrée, ou de ce tir sur le poteau de Govou (88e). Au débit des Français, il y a juste ce centre que Mexès est tout près de détourner dans ses propres filets mais qui trouve finalement les tibias d'un rassurant Lloris (76e). Au final, les hommes de Domenech devront se contenter de cette victoire étriquée mais amplement méritée. Et peuvent désormais partir en vacances l'esprit un peu plus tranquille.