Un quatrième changement autorisé en cas de prolongation ?

Voir le site Téléfoot

error
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2014-07-03T13:36:00.000Z, mis à jour 2014-07-03T13:40:32.000Z

Devant le spectacle offert lors de cette Coupe du Monde pendant les prolongations, la FIFA pourrait modifier son règlement : un quatrième remplacement pourrait avoir lieu durant cette période.

Une petite révolution pourrait bien avoir lieu dans le monde du football. Depuis 1995, les entraîneurs ont le droit d'effectuer trois changements lors d'une rencontre. Mais le plus haut organisme du football mondial songerait à en autoriser un de plus, dans des conditions particulières.

Quatre changements ?
Sur les huit huitièmes de finale de cette édition 2014 de la Coupe du Monde, cinq se sont allés jusqu'à la séance de prolongation, un record dans l'histoire de la compétition. Et il faut bien l'avouer, souvent, ce sont les remplaçants qui ont fait la différence. Pour continuer d'assurer un spectacle à la hauteur des attentes des spectateurs, la FIFA pourrait instaurer un quatrième remplacement. En revanche, celui-ci ne pourrait n'avoir lieu que pendant la séance de prolongation. C'est Gérard Houillier, membre du groupe technique de l'instance qui a soumis l'idée : « Personnellement, je pense que nous aurions moins de joueurs avec des crampes. Les remplaçants apportent de la fraîcheur dans le match. »

Happy birthday, Gérard Houllier!! pic.twitter.com/lqUPogmFdT

— Liverpool Kaskus (@L4US_Kaskus) 3 Septembre 2013

Les propos de l'ancien entraîneur de l'Olympique Lyonnais ne sont pas erronés. Lors de ce Mondial, un quart des buts ont été marqués dans le dernier quart d'heure de jeu. Sur les 154 pralines de cette Coupe du Monde, 29 ont été réalisées par des joueurs entrés en cours de jeu. L'évolution de la règle sur le nombre de changements autorisés pourrait également rétablir un certain équilibre. Parfois, il arrive qu'un joueur se blesse, et son équipe est alors obligée de terminer la rencontre en infériorité numérique. Pis encore, si le gardien est exclu, c'est un joueur de champ qui doit le remplacer. Autoriser un remplacement supplémentaire pourrait corriger ces phénomènes décriés par beaucoup d'entraîneurs ou de sélectionneurs.