Van Bommel, Lyon connaît

Voir le site Téléfoot

Le Bayern enfin d'attaque?
Par Eurosport|Ecrit pour TF1|2010-04-27T16:47:06.000Z, mis à jour 2010-04-27T16:47:06.000Z

Cinq ans après le quart de finale de C1 perdu face au PSV, Lyon retrouve Mark Van Bommel. Désormais capitaine du Bayern Munich, le Néerlandais, suspendu lors de la demi-finale aller, a calmé ses ardeurs et étoffé son volume de jeu. Lyon est prévenu.

Comme une réminiscence du quart de finale 2005. Ce mardi, dans l'entrejeu du Bayern Munich, Lyon va retrouver une vieille connaissance qui l'a tant fait souffrir il y a cinq saisons déjà. Flash back. 2005, Lyon aborde sereinement son quart de finale face au PSV Eindhoven après avoir laminé le Werder Brême en 8e (0-3, 7-2). Mais l'OL va tomber sur un os (1-1, 1-1). Un onze batave solide et un brin truqueur au retour. Résultat, une sortie de route difficile à avaler après la séance de tirs au but. Lyon stigmatisera l'attitude des Néerlandais, fourbes, et l'arbitrage complaisant. Dans l'oeil du cyclone, Mark van Bommel, pas franchement réputé pour y aller avec le dos de ses semelles et qui avait travaillé au corps l'arbitre d'alors. Résultat, un penalty oublié sur Nilmar.


Cinq ans plus tard, l'heure des retrouvailles a sonné. Suspendu à l'aller, le Néerlandais retrouvera la place qui lui est due dans l'entrejeu du Bayern. Mais Gerland pourrait bien ne plus reconnaître un joueur qui s'est assagi avec le temps. Bien sûr Van Bommel a gardé sa rage de vaincre et son jeu basé sur l'engagement physique. Depuis l'arrivée de Van Gaal à la tête du club bavarois, l'ancien Barcelonais, confirmé dans ses fonctions de capitaine, a cependant changé de statut et de comportement. Il n'est pas seulement un tiroir à vices.


Dans la lignée d'Effenberg


Finis les cartons rouges pour des tacles dangereux, les provocations et autres bras d'honneur adressés aux arbitres comme ce fut le cas en février 2008. Un changement qu'il attribue au style de jeu prôné par Van Gaal: "Comme tout le monde sait ce qu'il a à faire, je dois moins m'engager dans les duels et comme nous contrôlons plus le ballon, il faut faire moins de fautes pour le récupérer", a-t-il expliqué récemment.


Le réduire à un rôle de destructeur serait donc minimiser son influence sur le jeu des vice-champions d'Allemagne. Sa qualité de passe et sa vision du jeu sont des atouts considérables pour l'ogre de Bavière. De quoi rappeler quelques-uns de ses glorieux prédécesseurs à Munich : "Van Bommel a le même rôle que Stefan Effenberg à l'époque. C'est une personnalité très forte et un excellent stratège", admire Ottmar Hitzfeld, l'entraîneur du quatrième et dernier sacre en C1 du Bayern. Face à Lyon, son retour sera d'un précieux secours pour des Allemands qui devront tenir leur avantage glané à l'aller (1-0). Et si Van Bommel doit casser le rythme, ne croyez pas non plus qu'il s'en privera. Certains réflexes restent malgré tout tenaces.