Van der Wiel, un ancien Parisien très remonté

Voir le site Téléfoot

Gregory Van der Wiel   PSG
Par Justine SOIGNON|Ecrit pour TF1|2016-10-10T12:36:44.704Z, mis à jour 2016-10-10T14:16:49.749Z

Aujourd’hui à Istanbul, Gregory van der Wiel peut revenir sans langue de bois sur son expérience au Paris Saint-Germain. Et Laurent Blanc en prend pour son grade.

Arrivé dans la capitale française en provenance de l’Ajax à l’été 2012, le Néerlandais ne s’est jamais imposé dans le couloir droit de la défense parisienne. La faute à une concurrence rude avec Christophe Jallet et Serge Aurier ? Le défenseur penche plutôt pour sa mésentente avec Laurent Blanc.

Une relation joueur-coach compliquée

Dans un entretien accordé au Canal Football Club dimanche soir, le latéral du Fenerbahçe s’est montré tout sauf tendre avec son ancien entraîneur au PSG, Laurent Blanc. Il lui a, entre autres, reproché de ne jamais avoir été clair quant à son statut dans l’effectif : « Pour être honnête, on n’avait pas une très bonne relation. On ne se parlait pas beaucoup. Je ne savais pas vraiment ce qu’il pensait de moi. »


L’affaire Serge Aurier, la goutte de trop

S’il reconnaît volontiers que Serge Aurier est « un très bon joueur », van der Wiel déplore la gestion de Laurent Blanc de l’affaire Periscope. « Après ce qu’il s’est passé l’année dernière et ce qu’il a fait, revenir quatre ou cinq jours après cet incident et jouer un quart de finale en Ligue des champions… » Mais ce qu’il a encore plus mal vécu, c’est d’être le troisième choix de Blanc… derrière Marquinhos. Pendant la mise à pied du latéral ivoirien, c’est le Brésilien qui avait eu les faveurs du coach au grand dam du Néerlandais : « J’ai compris que Laurent Blanc ne me trouvait pas assez bon pour le PSG. Marquinhos n’est même pas arrière-droit et il ne voulait pas jouer à ce poste. Pour moi, c’était une période difficile. C’est en cela que je pense que Laurent Blanc m’a manqué de respect. »


La Turquie pour tout recommencer

Après le départ de Laurent Blanc et l’arrivée d’Unai Emery, Van der Wiel aurait pu rempiler pour une saison. Mais le mal était déjà fait. Libre de tout contrat, le joueur de 28 ans a choisi de s’envoler pour Istanbul et de s’engager avec Fenerbahçe. Si la vie sous les couleurs du PSG n’a pas toujours été rose, van der Wiel retient de très belles choses de la capitale : « J’oublie la période difficile. Ça m’a beaucoup changé en tant que personne. Pendant ces quatre années, je suis passé de petit garçon à adulte. » S’il regrette la vie parisienne, il espère rebondir sportivement à Istanbul.