Dans l'actualité récente

Le verbe sauvera le système

Voir le site Téléfoot

Le verbe sauvera le système
Par Maxime DUPUIS (à Knysna)|Ecrit pour TF1|2010-06-10T08:15:00.000Z, mis à jour 2010-06-10T08:15:00.000Z

Si certains émettent des doutes quant à l'avenir et la viabilité du 4-3-3, Jérémy Toulalan, lui, est convaincu. Et pas seulement parce qu'il évolue dans ce système à l'Olympique Lyonnais. Plus que l'organisation, la communication et les hommes priment à ses yeux.

Ironie de l'histoire, vingt-quatre heures à peine après le lapin posé par William Gallas aux journalistes, le verbe "communiquer" a peut-être été le plus utilisé par les Bleus ayant assuré les relations publiques avec la presse. Mercredi, Sagna comme Toulalan semblaient s'être donnés le mot. "Il faut communiquer plus", ont-ils lancé, presque à l'unisson. Cette communication accrue, Jérémy Toulalan ne l'attend pas face aux médias ou vers l'extérieur. Mais là où ça compte vraiment. Sur le terrain. Le joueur de l'Olympique Lyonnais, seul milieu récupérateur d'une formation qui a changé de système au début du stage de Tignes, pense que c'est par les paroles autant que par les actes que viendra le salut de l'équipe de France et de son 4-3-3. De cette nouvelle organisation, il est un fervent défenseur.


"Je connais ce système puisqu'on joue comme ça à Lyon", rappelle l'ancien Nantais. Pour ceux qui seraient moins rodés que lui, une seule solution : parler. Et beaucoup. "C'est un nouveau système, on ne voit pas toujours les mêmes choses. La réflexion est parfois différente. Il faut bien se parler pour voir les mêmes choses sur le terrain." Et cela concerne tout le monde. Toulalan reconnait qu'il doit lui-même forcer sa nature : "Je dois communiquer un peu plus sur le terrain également, ce que je fais depuis peu." Communiquer ? Certes, mais pour se dire quoi exactement ? "Le système en soi n'est pas un souci. C'est l'animation qui compte, synthétise le Lyonnais. Il faut mettre du mouvement. (...) Moi le premier, je dois peut-être aller plus vite pour faire des décalages." Yoann Gourcuff ne disait pas autre chose après le match contre la Chine. Comme tous les autres systèmes, le 4-3-3 ne peut être parfait. Et il ne se bonifiera que si les joueurs y mettent du leur.


"C'est lui décide et nous qui exécutons"


Pointé du doigt, à juste titre, durant les trois matches de préparation, le déséquilibre gauche-droite et l'hyper présence de Ribéry aux dépens de Govou peuvent certainement être compensés, évidemment. Mais ce n’est pas forcément dans l’intérêt des Bleus si l'on lit entre les lignes : Govou ferait le sale boulot pour que Ribéry pèse sur le jeu. "Franck (Ribéry) a des caractéristiques différentes de Sidney quand il percute. C'est un des seuls joueurs à pouvoir faire ça. Du coup, il a plus de mal sur le replacement. Alors Sidney doit faire l'effort pour revenir un peu plus. Franck a des qualités que Sidney n'a pas, que "Dédé" Gignac n'a pas. Il faut s'adapter aux joueurs et au système et trouver un équilibre".


Le milieu de terrain est persuadé que le sélectionneur national ira au bout de ses idées. "On continue à le travailler", assure-t-il. Alors que certains de ses partenaires se seraient émus de la nouvelle équipe-type, la réponse du milieu de terrain est sans équivoque. "Personne n'a à donner son avis. Le coach met une équipe en place et on essaye de faire au mieux. Avec lui, on échange sur l'animation et tactiquement. Après savoir dans quel système on préfère jouer... C'est lui décide et nous qui exécutons, c'est le mouvement et l'animation qui comptent." A bon entendeur...