Wenger : " Fabregas est déchiré entre deux amours "

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par David CASSAN|Ecrit pour TF1|2011-07-29T16:18:00.000Z, mis à jour 2011-07-29T16:23:48.000Z

Arsenal et Arsène Wenger semblent accepter, petit à petit, le départ de Cesc Fabregas au le FC Barcelone. Ils laisseraient aux catalans et Pep Guardiola jusqu'au 5 août pour conclure le transfert.

C'est peut-être le transfert phare de ce mercato d'été. Et pour cause, il concerne le capitaine d'un club qui n'a pas manqué les 8èmes de finale de la Ligue des Champions depuis 2003, et le champion d'Europe en titre.

Le président d'Arsenal, Peter Hill-Wood, a mis la pression sur le FC Barcelone dans les colonnes du Daily Star : « La balle est dans leur camp. Ils ont fait une offre d'environ 30 millions d'euros et une autre un peu timide. S'ils veulent acheter le joueur, ils devront payer le juste prix ». Arsenal regarde les tarifs pratiqués par d'autres (à Manchester ?) avec envie : « Quand on voit l'argent qui est déboursé dans d'autres clubs, je pense que le montant que l'on demande est tout à fait raisonnable ».

Selon la presse anglaise, Arsenal et Arsène Wenger aurait envoyé un message électronique à Sandro Rosell, le président du Barça, pour enjoindre les catalans à faire une offre de 40 millions d'euros avant le vendredi 5 août. Une date qui approche à grands pas, alors que le Barça n'aurait pas dépassé les 36 M€. Hill-Wood est lui aussi impatient : « Ils perdent leur temps depuis 1 an et demi maintenant et ils doivent prendre une décision ». On sait aussi que Wenger rencontrait le joueur ce vendredi.



En conférence de presse, Wenger a évoqué la situation de son capitaine, après s'être entretenu avec lui : « Cesc est déchiré entre deux amours ». Celui du FC Barcelone, qui l'a formé. Et celui d'Arsenal, qui l'a lancé dans le grand bain. L'Alsacien a également confirmé que Fabregas ne participerait pas à l'Emirates Cup qui se disputera à Londres ce week-end. D'autre part, il lancerait son recrutement, avec Mata (Valence) et Jagielka (Everton). Avec l'argent « de » Cesc ?

Le grand feuilleton de ce marché estival semble vivre ses dernières heures, tant la confiance affichée par les Barcelonais contraste avec la résignation des gunners. Accélération dans les prochains jours ?