Yannick Noah n'aime pas les Bleus de Raymond Domenech

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2010-05-13T12:51:00.000Z, mis à jour 2010-05-13T12:51:00.000Z

Yannick Noah, personnalité préférée des Français, déclare dans les colonnes du Parisien qu'il comprend le désamour dont sont victimes Raymond Domenech et les joueurs de l'équipe de France.

« Domenech n'aime pas le public »

Selon Yannick Noah, « On ne peut pas demander aux gens d'aimer une équipe alors que celle-ci ne donne rien, rien ». L'ex-tennisman avoue qu'il préférait les époques de Platini puis Zidane, qui présentaient des groupes moins avares d'échanges avec le public. Noah critique le comportement de nos internationaux hors du terrain mais aussi sur le terrain : « On s'est qualifié en trichant, tout le monde l'a vu. C'est un peu la honte ».


Mais Yannick Noah ne s'arrête pas là et enchaîne sur le sélectionneur : « Raymond Domenech est un mec plein de qualités mais il n'aime pas le public. Quand il parle à une caméra, il n'a envie que d'une chose, c'est de l'envoyer chier. Comme c'est nous qui sommes de l'autre côté de l'écran, c'est nous qu'il envoie chier ». Ces propos, venant d'un homme qui a mené plusieurs fois les équipes de France de Coupe Davis à la victoire en tant que capitaine (équivalent du sélectionneur en football), ne peuvent laisser indifférent.

Affaire Zahia : « le bal des faux-culs »
Le scandale créé par l'affaire Zahia touchant Franck Ribéry n'est pour Noah qu'une preuve de plus du manque de solidarité existant au sein du groupe. Connu pour ses frasques et son mode de vie parfois en décalage avec l'idée que l'on se fait du sportif de haut niveau, Yannick Noah ne blâme pas Ribéry et dénigre au contraire l'hypocrisie du milieu : « L'affaire Zahia ? C'est le bal des faux culs. Si je sortais des tiroirs toutes mes histoires, je serais mort. A un moment, il faut être un peu solidaires, tu ne laisses pas un mec se faire lyncher comme ça parce qu'il est allé voir un tapin... » Pour Noah, les vrais problèmes se trouvent ailleurs, difficile de lui donner tort.