Zénith Saint-Pétersbourg : Un ancien joueur dénonce des matches truqués en Coupe UEFA

Voir le site Téléfoot

error
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2014-04-02T14:33:00.000Z, mis à jour 2014-04-02T14:44:23.000Z

Un ancien joueur du Zénith Saint-Pétersbourg, Erik Hagen, a dénoncé ce mercredi les pratiques douteuses de son équipe envers un arbitre, en Coupe UEFA, lors de la période 2005-2008, dans un quotidien norvégien.

Voilà un nouveau scandale dans le monde du football. Dans un entretien accordé au quotidien VG, un canard norvégien, l'ex-joueur du Zénith, Erik Hagen, révèle que son équipe a truqué un match en achetant un arbitre pour s'assurer de la victoire.

Arbitre corrompu
Dans un entretien au ton accusateur, celui qui a porté les couleurs du Zénith de 2005 à 2008 n'épargne personne. Selon le joueur norvégien, son équipe aurait soudoyé un arbitre dans un match de Coupe UEFA pour s'assurer de la victoire. « Un de nos coéquipiers connaissait l'arbitre », a-t-il confié à VG. L'argent aurait motivé les joueurs à payer l'arbitre : « On nous avait promis une très grande prime pour des victoires en Coupe UEFA, 12 000 dollars par personne. Et, juste avant une partie, on nous a dit que si chaque joueur payait 3000 dollars à l'arbitre, on gagnerait. Je me suis rebellé en disant que c'était de la folie, qu'on était supérieur à nos adversaires, mais finalement, on a tous payé. » Dans son entretien, le Norvégien se contente de rester vague, ne citant jamais le nom de l'arbitre, ni la rencontre. Seuls indices : le match a eu lieu entre 2005 et 2008, et lors de celui-ci, l'arbitre a annulé quatre buts à l'équipe adverse pour des hors-jeux inexistants.

Un joueur norvégien confirme
Si Erik Hagen reste vague dans ses propos, son ancien coéquipier en équipe nationale, Jorgen Jalland, qui est notamment passé par le Rubin Kazan, confirme ses dires, et va même plus loin. Pour lui, truquer les matches est une habitude en Russie. Dans son entretien, Hagen explique la situation : « Nos dix derniers matchs ? Mon Dieu... Toutes les décisions arbitrales étaient en notre faveur. C'était carrément embarrassant.»

L'arbitre et le Zénith démentent
Joint par les journalistes de VG, l'arbitre en question a nié toutes les accusations de Hagen et Jalland : « Non, c'est stupide ! C'est tout simplement absurde. Je n'ai reçu aucune offre. Une chose de ce genre ne m'est jamais arrivée. » Le journal norvégien a ensuite révélé que l'arbitre avait subitement raccroché. Du côté du Zénith, même son de cloche. Par l'intermédiaire de son porte-parole, Evgeny Gusev, le club russe a fait savoir qu'il n'avait pas été impliqué dans ce genre d'affaire : « Nous sommes extrêmement surpris des dires de Hagen, nous avons toujours respecté, et nous continuons de respecter les principes du fair-play, et nous démontrons notre valeur sur le terrain. »

Une histoire de corruption qui vient un peu plus assombrir le Zénith Saint-Pétersbourg, qui avait déjà été épinglé en 2008 après sa victoire en Coupe de l'UEFA. L'Allemagne avait ouvert une enquête : la mafia russe aurait versé de l'argent au Bayern pour qu'il perde la demi-finale. Une enquête qui n'avait donné suite, faute de preuves.