Dans l'actualité récente

Zlatan Ibrahimovic a tourné la page PSG

Voir le site Téléfoot

PSG - Zlatan Ibrahimovic
Par Louis-Marie VALIN|Ecrit pour TF1|2016-09-09T10:52:30.990Z, mis à jour 2016-09-09T10:53:05.797Z

Déjà très à l'aise en Premier League, le géant suédois ne regrette vraiment pas d'avoir quitté la France.

Décidément Zlatan ne manque pas une occasion de se faire remarquer. Après avoir chambré son futur adversaire Claudio Bravo par média interposé, il s’est offert une sortie remarquée sur son ancien club, le Paris-Saint-Germain. Plutôt discret sur son dernier employeur depuis son départ, il a surpris le journaliste de SFR sport qui l’interviewait.

Le salaire comme seul regret

Interrogé sur ce qui lui manquait à Paris, il a ainsi eu cette réponse cinglante : « Mon dernier salaire avec le PSG. Voilà ce qui me manque ». Augmenté en janvier dernier, le suédois touchait effectivement une confortable rémunération de 1,5 M€ par mois qui faisait de lui le joueur le mieux payé de la Ligue 1. Si doutait des motivations de joueur vis à vis de Paris, voilà une déclaration qui devrait remettre les choses en places.


Un certain scepticisme sur l'avenir du club parisien

S’il s’est donc offert une nouvelle punchline, dans la lignée de celles qui ont fait sa légende, le meilleur buteur de l’histoire du club parisien a également un regard avisé sur la saison à venir : «Je pense que l'équipe est très forte. Ils ont acheté des nouveaux joueurs et la philosophie est la même : tout gagner, aller loin en Ligue des champions. Mais ce n'est pas en claquant des doigts qu'on gagne la Ligue des champions. Sinon, tout le monde pourrait le faire. Ce n'est pas comme ça que ça marche. Il faut travailler dur, prendre son temps, être patient. Ensuite, les choses viennent d'elles-mêmes. Donc, on verra. C'est un autre problème. Et ce n'est plus mon problème. J'ai mes propres problèmes.»

Si le géant suédois a laissé d’innombrables souvenirs aux supporters parisiens qui regrettent amèrement son départ, il ne semble vraiment pas nourrir la même nostalgie du club qui l’a fait légende…