REPORTAGES : Que diffuserez-vous dans votre prochain magazine Reportages du 06 novembre ?

Voir le site TF1 & Vous

REPORTAGES Claire Chazal
Par jeanbaptiiste0|Ecrit pour TF1|2010-10-25T15:18:58.000Z, mis à jour 2010-10-25T15:19:47.000Z

REPORTAGES : Que diffuserez-vous dans votre prochain magazine Reportages du 06 novembre ?

Le magazine REPORTAGES du samedi 6 novembre à 13H15 présentera


LE MONDE FOU,FOU,FOU DES INVENTEURS !


Homme volant, gazon en rouleaux, changer le vent en eau, airbag à bateau, horloge à billes... A quoi ça sert ? Pas toujours facile de distinguer l'utile du futile. Rares sont les inventeurs qui vivent de leurs idées ou font fortune. Passionnés, persévérants, dans ce monde fou, fou, fou, ils ont tous le même virus : inventer encore et encore.

J'aimerais faire partie de l'air comme les oiseaux. Ce rêve je ne suis pas le premier à l'avoir eu. " Et, après 10 ans de préparation, cet ancien pilote de chasse accroché à son aile munie de six réacteurs se jette dans le vide à plus de 3000 mètres d'altitude et... s'envole.
Au Salon de Genève les inventeurs du monde entier n'ont qu'un seul objectif : se faire connaître. Décapsuleur pour une seule main, airbag pour bateau, guitare pliante, imprimante pour papier toilette, horloge qui ne donne pas l'heure, rayon laser invisible.... Les inventeurs fourmillent d'idées. Pourtant 95% d'entre elles finissent aux oubliettes.


Inventeur avisé, Michel Chamoullaud, 80 ans, a fait fortune grâce à son gazon en rouleaux. Passé " professionnel ", avec 60 ans d'expérience il ne compte plus ses brevets " il ne faut surtout pas déposer un brevet quand on a une idée. Il ne faut protéger que quand on a le produit. C'est un peu mon secret. " Sa dernière invention : des plantes fraîches toute l'année pour ceux qui n'ont pas de jardin. " J'ai inventé une éolienne qui produit de l'eau potable avec l'énergie du vent. " L'idée de Marc Parent est belle : alimenter en eau potable les peuples qui en sont privés pourrait changer le monde.
Dans les montagnes suisses, Marcel, électronicien de métier, consacre tout son temps libre à imaginer, concevoir et réaliser toutes sortes de créations. Fasciné par les pendules, il créé des machines incroyables pour le plaisir du défi et la beauté de l'objet. Horloge à billes, pendule de Foucault, à quartz, hydraulique, pneumatique, des pièces uniques qu'il monte et démonte. " Tant qu'elle n'est pas faite, elle m'empêche de dormir. Après c'est bon. Après je l'oublie. C'est une maladie ". Il rêve maintenant d'une " pendule photonique ".


PREMIERS PAS DE MAGISTRATS...10 ANS APRES


En 2000, fraichement promus de l'Ecole de la Magistrature, nous suivions les premiers pas de Gaëlle Bardosse et Guillaume Girard au Tribunal de Draguignan. Nous les retrouvons 10 ans plus tard mariés et parents. Guillaume est devenu JAP, Gaëlle, juge au surendettement.

Au Tribunal de Grenoble, Guillaume Girard Juge d'application des peines, Gaëlle Bardosse, Juge au surendettement. Le JAP essaye d'éviter l'incarcération des condamnés " des gens qui cumulent les difficultés sociales, financières... des réalités auxquelles je suis confronté quotidiennement " Et à quelques portes de là, Gaëlle Bardosse elle aussi est confrontée à la misère " des dossiers où j'ai envie de dire c'est pas possible de faire autant de crédits ! Et quand on reçoit les gens, avec leurs mots... on ressort de là avec plus du tout la même impression. " En 2000, ce jeune couple de magistrats effectuait son premier stage comme auditeurs de justice au Tribunal de Draguignan. De Gaëlle, Chantal Baron, à l'époque Vice Présidente du TGI et responsable de la formation disait : elle doit vieillir. Elle est presque opérationnelle. Le progrès viendra de la pratique. " " J'ai fait tout comme elle a dit. J'ai vieilli... Ca m'avait fait réagir à l'époque. Je trouvais ça maladroit".


Dans le secret de son cabinet " c'est la réalité que l'on voit quand on fait ses courses, que la vie est chère. Là je la reçois en pleine face. On ne peut pas réduire une vie à un dossier de surendettement. On ne peut pas être juge d'instance et encore moins au surendettement sans avoir cette sensibilité. Je suis mieux là aujourd'hui que quand j'étais Juge des enfants ".
" Neuf mois avec sursis qui peuvent se transformer en prison. Je ne veux pas vous faire la morale mais vous risquez d'aggraver votre situation. Je vous enverrai une copie de mon jugement chez vous. Guillaume Girard a son " opinion sur la sincérité mais aussi un devoir d'écoute du condamné. Si je me blinde trop, je pense que je passerai à côté de certaines choses. "Encore aujourd'hui, comme il y a 10 ans " dire ce qu'on fait, créé une distance avec les gens qu'il ne devrait pas y avoir. Quand on nous dit : on ne dirait pas que vous êtes juge ? Ca veut dire quoi. On devrait avoir l'air de quoi ? "




Raphaële

L'équipe de TF1 & Vous