REPORTAGES : FRENCH CANCAN ET NUITS DE CHINE

Voir le site TF1 & Vous

REPORTAGES
Par manuduperray|Ecrit pour TF1|2010-12-16T14:45:54.000Z, mis à jour 2010-12-16T14:47:18.000Z

REPORTAGES : FRENCH CANCAN ET NUITS DE CHINE

SAMEDI 1ER JANVIER A 13H20


Depuis le mois de septembre, un petit cabaret français fait un triomphe dans les provinces chinoises. Comment le conte de fées a-t-il commencé ? En compétition avec deux autres cabarets célèbres dans le monde entier, l'Ange Bleu a relevé le défi. Pathy Bad, directeur artistique mène sa revue tambour battant. Le spectacle doit enthousiasmer les producteurs chinois avant de gagner son " visa " pour une tournée d'un an. L'élégance française, le charme, les plumes et les strass... Le french cancan va briller dans les nuits de Chine.

Comment un petit cabaret, blotti dans la campagne bordelaise, entre des vignobles et la nationale 10, a-t-il été choisi par les autorités chinoises pour une tournée historique à travers le pays ? Le conte de fées commence à Gauriaguet, un village de Gironde d'à peine mille habitants. Il y a 17 ans, Alain Duvollet et sa femme dirigeaient un petit hôtel restaurant et alors qu'Alain se retrouve pendant plusieurs mois à l'hôpital, il rêve : "J'ai passé ma jeunesse à Paris, l'Olympia, le Golf Drouot... ça m'est revenu dans ma petite tête... Je me suis dit : je vais essayer de faire quelque chose, un cabaret, un music hall ". Ce sera un cabaret que dirigent les fils d'Alain, Alex et Fred : une salle de 400 places, l'autre de 1200... Le rêve de jeunesse d'Alain devient le plus grand cabaret de France.

Ce soir, parmi les spectateurs, des producteurs chinois particulièrement attentifs... Patrick Trupin, alias Pathy Bad, directeur artistique et meneur de revue, chauffe la salle avec une énergie décuplée. Si son spectacle séduit les invités venus spécialement de Chine, il pourrait être choisi pour une tournée d'un an. En compétition avec le Lido et le Moulin Rouge, le petit cabaret doit relever le défi. Danses, chants, numéros comiques, décors et costumes faits maison... Deux heures pour convaincre les émissaires chinois... French cancan compris. Verdict : " La couleur, la musique... Un ou deux numéros avec des seins nus. Les autres, on peut tout prendre " précise l'un des émissaires.

Trois mois plus tard, le compte à rebours commence, les auditions s'enchaînent. Côté coulisses, dans l'atelier de couture, Audrey adapte les petits hauts " trop coquins " aux exigences de la pudeur chinoise... Pour présenter le spectacle, Pathy se met au chinois accéléré. Côté scène et tournée, vingt six artistes devront cohabiter à 10.000 kilomètres de chez eux.

Septembre 2010. 20 heures de voyage et voilà toute la troupe à Kaiffeng dans la province du Hennan. " Nos amis chinois ont invité des gens qui sont susceptibles de leur acheter le spectacle. Il s'agit de faire quelque chose de nickel. On représente la France, l'élégance française. On représente le charme français. C'est ça qu'ils veulent voir ". En attendant, il s'agit de retrouver les objets égarés, recoller, recoudre, fabriquer des accessoires perdus ou cassés, répéter sans décor, ni traducteur. Dans quelques heures, c'est la grande première.

En régie, Alex communique par gestes avec les techniciens chinois. Sur scène : des plumes, des strass, des paillettes... Le rideau tombe. Pathy souffle : " On s'est bien amusés. On a pris du plaisir. Maintenant on va voir les critiques. " Le comité de censure a donné son accord. Malles à costumes fermées, valises bouclées, décors embarqués tant bien que mal sur des camions de l'armée... La troupe finit sa nuit dans un bus. Direction Jinning, 300 kilomètres plus loin. La grande tournée commence.

Retrouvez les reportages dans leur intégralité, les liens et les infos utiles sur tf1.fr à l'adresse : http://www.tf1.fr/reportages/